Se connecter à votre compte


Nom d’utilisateur:
      Mot de passe:

Se connecter automatiquement à chaque visite:


J’ai oublié mon mot de passe

Créer un compte


Vous n'avez pas de compte !?
En suivant ce lien vous pouvez le créer
en quelques minutes,
vous aurez un accès total au forum et vous pourrez
commencer à poster dans les différents sujets.


S'enregistrer
Les Greffes

 • Vous êtes ici »  Espace Bonsaï Index du Forum » Espace-Bonsaï » Les articles du forum » Formation Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Auteur Message
dan6013
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

 Inscrit le: 18 Mar 2007
Messages: 2 221
Genre: Homme
Age: 45
Localisation: chambly (oise)
Année de culture bonsaï:
USDA: 8a

MessagePosté le: 22/06/2007 18:59:52    Sujet du message: Les Greffes Répondre en citant

GREFFER TOUS LES ARBRES
LES PROCÉDÉS DE GREFFAGE
Pour réussir un greffage, le greffon doit au moins porter un œil viable. Le greffage par rameau détaché en comporte plusieurs; toutefois l'excès nuit plus qu'il ne favorise la soudure. En général, deux ou trois yeux suffisent, les greffons trop longs ayant tendance à se dessécher après avoir subi un début de croissance.
Certains procédés réussiront mieux que d'autres selon les essences. Dans tous les cas, greffon et sujet doivent présenter entre eux le maximum de points communs, relatifs à leur stade végétatif.
Pour les greffes de printemps, il est préférable que le sujet soit en avance sur le greffon. L'inverse est néfaste.
C'est pourquoi je vous recommande de prélever les greffons avant le départ de la végétation pour des greffes réalisées en avril.
Préparation du porte-greffe
Le porte-greffe peut être un arbuste relativement jeune, un fragment de racine, une bouture racinée ou non, une marcotte, un égrain (franc de pied destiné au greffage) d'un à trois ans.
Dans le premier cas, il faut d'abord étêter le sujet et supprimer tout ou partie des rameaux ayant évolué sur la tige centrale. Cette préparation est réalisée dans la plupart des cas à l'avance, en vue notamment du greffage en fente simple ou double, en incrustation ou en couronne. Pour le greffage « à l'anglaise », le porte-greffe doit être étêté juste avant l'opération. Lorsque le porte-greffe est préparé à l'avance, les plaies doivent être rafraîchies à la serpette immédiatement avant le greffage.
Il est important de nettoyer l'endroit où l'on doit introduire le greffon au moyen d'un tampon stérile (coton hydrophile humidifié).

Protection des greffes
Ligatures. Le greffage peut être correctement réalisé et ne pas réussir si les ligatures ne sont pas bien effectuées.
Il existe divers matériaux pour les ligatures
- coton pour les rosiers, jeunes conifères, arbustes de terre à bruyère ;
- laine pour jeunes plants fruitiers et d'ornement;
- raphia pour toutes greffes fruitières et d'ornement de plein air comme pour celles sur table;
- filasse de vieille corde, qui autrefois remplaçait le raphia.
Chaque matériau a ses qualités et ses inconvénients. La laine se prête le mieux à l'élasticité et évite les étranglements. Le raphia est le plus usité; il convient de l'utiliser humide et de le desserrer progressivement au fur et à mesure du grossissement des greffons avant de le sectionner à la serpette lorsque la reprise est constatée.

Engluements. La plupart des greffes, sauf celles réalisées en écusson, doivent être engluées avec un bon mastic à greffer. L'engluement doit être suffisant pour permettre de soustraire les parties assemblées aux agents extérieurs (intempéries, soleil, poussières, vent...). Un bon mastic doit être assez fluide pour son application, mais il ne doit pas se liquéfier sous l'action du soleil.





Généralités

Les CLEFS DE LA RÉUSSITE

Plusieurs facteurs conditionnent la parfaite réussite de toute greffe - affinité entre greffon et sujet, - choix du porte-greffe, - époque de multiplication, - sélection des greffons, - soins préparatoires et postérieurs apportés dans le travail, - incidences météorologiques.

Entre greffon et sujet
C'est une règle impérative, base du succès de la greffe : greffon et sujet doivent appartenir à la même classification botanique de famille, sinon la soudure de l'œil sur le sujet par l'intermédiaire des zones génératrices du cambium est plus ou moins précaire.

Choix du porte-greffe
Le porte-greffe doit être adapté aussi parfaitement que possible à la structure du sol. Celui-ci conditionne l'avenir, la beauté et la fertilité des futurs producteurs. Certains porte-greffes s'adaptent plus ou moins bien aux sols lourds, aux sols calcaires ou inversement aux sols acides, aux terres filtrantes...
Il existe une gamme assez vaste de porte-greffe de diverses vigueurs, soit nés spontanément, soit cultivés. A ce stade retenez le type le mieux approprié pour la vigueur estimée et aussi selon l'espèce et la variété désirée, notamment pour les cultures fruitières.
Certains porte-greffe donnent des arbres vigoureux mais qui fructifient peu; ils sont à déconseiller dans les petits jardins en raison de l'ampleur qu'ils sont susceptibles de prendre après douze ans.

L'avenir du futur arbre et sa production dépendent du choix des greffons : cherchez les spécimens - appelés arbres-étalons - sur les quels le prélèvement est effectué après observation de leur comportement durant la pleine période de végétation, ou procurez-vous les greffons auprès d'une station fruitière spécialisée
Prélevez les greffons sur des arbres vigoureux, ni trop jeunes ni trop âgés, exempts de parasites animaux et végétaux, sur les branches qui produisent les plus beaux fruits ou les plus belles fleurs, généralement orientées au sud.
Ceux destinés à la greffe pratiquée en été doivent être bien lignifiées. Vous les conserverez à l'ombre, enveloppés dans un linge humide dans l'attente presque immédiate du greffage.
Ceux destinés à la greffe pratiquée en été doivent être bien lignifiés. Vous les conserverez à l'ombre, enveloppés dans un linge humide dans l'attente presque immédiate du greffage.


Époque de multiplication
La nature du sol, le microclimat, les variations brusques météorologiques peuvent influer sur la végétation et donc sur l'époque du greffage.
Quelle que soit la méthode pratiquée, le sujet doit être suffisamment pourvu de sève. Celle-ci peut être légèrement déclinante pour les greffes pratiquées en été, notamment en août-septembre (greffes à « œil dormant ») tandis qu'elle doit être plus vive pour les greffes à « œil poussant », pratiquées au printemps.
Activez la circulation de la sève du sujet par des binages et des arrosages, 2 à 3 jours avant le greffage.


Soins avant et après la greffe

Le porte-greffe doit être d'une propreté aussi parfaite que possible. La prompte union des greffons au sujet exige que les parties intimes soient soustraites à l'action des agents atmosphériques.
La circulation de la sève s'effectue dans les tissus du liber et de l'aubier. Pour une parfaite reprise, ces zones devront être en liaison intime : plus la surface des milieux en contact est étendue plus la soudure est résistante.
Les outils servant au greffage doivent être propres. Après désinfection dans une solution de formol, les praticiens incisent à plusieurs reprises les parties tendres d'un rameau pour dissiper l'oxydation qui se produit sur la lame.
Les sections sur lesquelles les greffons prendront place doivent être toujours perpendiculaires à l'axe des branches. Insérez ces greffons de façon que l'œil inférieur se juxtapose à un bourgeon du sujet. Toute greffe doit, après ligature et engluement, être protégée des oiseaux qui décollent parfois les greffons en venant s'y poser en curieux (voir page 17).
La surveillance des ligatures s'impose lors de l'évolution des greffes. Il convient, selon le stade de croissance de celles-ci, soit de supprimer, soit de desserrer, soit de renouveler les liens, en complétant éventuellement l'obturation des plaies. Les gourmands qui naissent sur le sujet consomment la sève au détriment des greffes : ébourgeonnez-les au fur et à mesure de leur apparition.
Lors du second printemps qui succède au greffage, pratiquez une taille de formation, harmonisée par la suite avec la conception de la future charpente.



Incidences météorologiques

Le soleil brûlant, les vents froids du nord et de l'est sont les plus néfastes, les pluies légères, à l'inverse, sont plutôt stimulantes.
Greffez tôt le matin pendant la canicule, et l'après-midi lorsque le temps est frais. Toute greffe est vouée à l'échec par vent violent, orage et pluies torrentielles.

GREFFEZ SELON VOTRE CLIMAT
Les périodes propices au greffage peuvent varier de 2 à 6 semaines selon le climat.
La circulation de la sève qui conditionne la réussite des greffes est d'autant plus précoce que le climat est plus doux et l'atmosphère ensoleillée, mais l'hygrométrie joue un grand rôle.
Dans les régions septentrionales, les greffes d'été réussissent mieux que celles de printemps. Inversement, dans les régions méridionales, les greffes de printemps donnent les meilleurs résultats.
Les périodes indiquées dans le volume sont basées sur la moyenne climatique de la France (Bassin parisien).





GREFFEZ SOUS VERRE
Cette méthode permet de multiplier, hors du repos végétatif des végétaux exigeant une température quasi constante (arbustes verts à feuilles persistantes, vigne, plantes de terre de bruyère).
Appelé aussi greffage à l'étouffée, il est pratiqué en milieu privé d'air extérieur (du moins partiellement), sous serre, sous cloche ou sous châssis vitré dont les 2/3 sont enterrés et couverts de paillassons par temps froid.
Les sujets à greffer sont mis en pots ou godets de plastique et enterrés dans un substrat composé de 2/3 de sable et 1/3 de tourbe horticole, matériaux isolants et conservateurs. Ils sont gardés sous verre un mois après que la reprise de la greffe est assurée.
Sortis le jour en plein air, avec précaution, et progressivement par temps doux, plutôt humide qu’ensoleiller, ils sont rentrés avant le crépuscule.
La greffe sous verre se pratique en écusson à œil dormant, en placage sur collet de racine, en fente herbacée (conifères), en incrustation, à l'anglaise à cheval, en placage à l'anglaise, en demi fente ou fente simple, par rameau sous écorce, en approche.


LES GREFFES PAR APPROCHE

Ainsi que nous l'avons dit dans l'introduction, c'est le premier procédé pratiqué par l'homme. Il est né de l'observation des Anciens qui avaient remarqué des végétaux différents soudés spontanément, soit par leurs tiges, soit par leurs rameaux, sous l'action du vent lors de la montée de la sève.

Greffe par approche
Réalisation avril-juin. Elle consiste à unir deux végétaux, ou deux parties d'un même végétal, en liant intimement leurs rameaux ou leurs tiges après avoir retranché une portion d'écorce à l'endroit de la juxtaposition. La greffe devra être ligaturée puis engluée. Après une ou deux années de végétation commune, effectuez le sevrage
Séparez le nouveau sujet du pied mère.
Il est souvent nécessaire d'élever l'étalon en pot lorsque les végétaux à unir sont distants. En pareil cas, placez le pot à proximité du végétal à greffer et unissez étalon et porte-greffe à la hauteur souhaitée. Dans les deux cas, veillez à ce qu'il ne subsiste pas une portion d'écorce à nu. Cette technique permet de multiplier noisetiers et jeunes arbustes d'ornement.

GREFFES PAR APPROCHE EN FENTE INCRUSTEE
Elle se pratique après avoir étêté le sujet. Un morceau de bois triangulaire est prélevé sur celui-ci, de la même dimension que le greffon taillé en biseau qui viendra se loger à sa place. Ligaturez puis engluez. Cette méthode est très usitée pour les agrumes (orangers notamment).

GREFFES PAR APPROCHE A L’ANGLAISE
Lors du greffage, le sujet doit être étêté au-dessus d'un bourgeon qui fait fonction de tire-sève. Taillez la partie supérieure du sujet en biseau, celle du greffon de la même façon, mais inversement, afin que greffon et sujet coïncident parfaitement; pour cela il convient qu'ils soient de la même grosseur. Ligaturez et engluez aussitôt l'assemblage terminé.


SEVREZ LES GREFFES

Les greffes réalisées par approche doivent être sevrées l'année suivante, en juin, dès que les greffons ont émis une pousse vigoureuse.
Le sevrage se réalise en supprimant la partie inutile (pousses du porte-greffe) à la serpette ou au sécateur selon les cas. Les plaies doivent être mastiquées avec soin.
Les greffes effectuées sur marcotte ne doivent être sevrées qu'à la fin de la deuxième année, le scion obtenu sera ainsi plus fort et mieux pourvu de racines.


LES GREFFES PAR RAMEAU DÉTACHÉ
Les méthodes de multiplication végétale par rameau détaché sont nombreuses.

Le greffage en fente simple ou demi-fente
Le greffage en fente simple ou demi-fente se pratique pour l'obtention d'arbres fruitiers-tiges ou demi-tiges à partir de sujets de faible diamètre (2 à 3 cm).

Réalisation en mars-avril, au moyen de rameaux-greffons prélevés en hiver et conservés en terre sous sable (les yeux sont encore en état de léthargie).

Réalisation du 15 août au 20 septembre, vers la fin de la période végétative, selon les régions, pour les arbres fruitiers à noyaux (cerisiers et pruniers), avec beaucoup plus de chances de reprise.
Les sujets sont étêtés entre 1,20 m et 2 m du sol. Le plan doit être net et incliné à 45° par rapport à l'axe du sujet. Les greffons, taillés en double biseau triangulaire sur 2 cm de longueur, sont introduits dans la fente ouverte à l'aide d'une serpette robuste et bien affûtée. L'écorce du greffon et l'œil inférieur doivent parfaitement coïncider avec l'écorce du sujet.
Pour la réussite, le greffon, taillé au-dessous d'un œil et à l'opposé de celui-ci, ne doit porter que trois yeux.
La serpette étant retirée de la fente, celle-ci doit emprisonner le greffon. L'opération s'achève par ligature et engluement. L'extrémité du greffon doit être aussi engluée.


Greffe en fente double

Cette méthode s'applique sur des sujets sensiblement plus gros que ceux greffés en fente simple. Leur diamètre peut varier de 3 à 6 ou 7 cm.
Étêtez le sujet à 1,20 m ou à 2 m du sol selon que vous désirez obtenir un arbre demi-tige ou haute tige. Cette opération est réalisée quelques semaines à l'avance à l'aide d'une scie égoïne. Cela freine la circulation de la sève qui, sur des sujets forts, risquerait de noyer les greffons.

Réalisation en avril. Lors du greffage, pratiqué au moment de la floraison de l'espèce considérée, rafraîchissez la plaie avec soin pour qu'elle se présente propre et horizontale.
Le sujet est fendu avec une serpette sur le dos de laquelle on frappe avec un maillet. La fente étant effective, placez un coin de bois dur à son centre et faites-le descendre à l'aide du maillet.
Les greffons munis de trois yeux, taillés en biseau plat, de même épaisseur, sur une longueur de 2 cm sont placés en vis-à-vis à chaque extrémité de la fente. Leur zone génératrice étant en contact
Avec le sujet, retirez le coin sans faire bouger les greffons. Aussitôt après, ligaturez au raphia et engluez au mastic à greffer centre et périphérie du sujet. La réussite de cette greffe exige promptitude et habileté.
Greffe surtout usitée pour les pommiers à cidre et poiriers-tiges sur franc.










GREFFE EN INCRUSTATION
Moins pratiquée que la greffe en fente, elle donne d'excellents résultats, sur cerisier et prunier. Le sujet n'étant pas fendu, il ne subsiste pas de cavités dans lesquelles peuvent se réfugier des parasites préjudiciables à la solidité de l'assemblage.
Taillez le greffon en biseau triangulaire en commençant sous un œil et en ménageant un cran transversal. La tête du sujet étant sectionnée puis aplanie, enlevez à l'aide du greffoir une portion de bois en rapport avec la dimension et la forme du greffon. Ce dernier est alors enchâssé dans ce creux : le cran doit reposer sur la section plane du sujet et l'œil de base doit se trouver légèrement en dessous de cette section. Veillez à le respecter lors de la ligature.

Réalisation au printemps pour les arbres d'ornement.
Réalisation fin septembre sur les arbres fruitiers à noyaux.

GREFFE EN DEMI-FENTE INCRUSTEE
C'est une combinaison de la greffe en demi-fente et de la greffe en incrustation. Ce procédé, très usité par les vieux praticiens, donne de meilleurs résultats que la précédente ; le greffon étant coincé dans la demi-fente est moins sujet au décollement sous l'action du vent ou des oiseaux. Pour sa réalisation, reportez-vous aux deux méthodes décrites ci
dessus.

La greffe en couronne se pratique sur des arbres plus ou moins âgés de fort diamètre que l'on désire rénover. Il faut préparer le sujet deux mois à l'avance. Celui-ci est étêté à 1,50 m environ du sol à la fin de l'hiver, en conservant quelques rameaux en dessous de la section. Ceux-ci sont indispensables : ils serviront de tire-sève au départ de la végétation.

Réalisation en avril, mai. Lors du greffage, la section est rafraîchira la scie égoïne environ à 2 cm en dessous, puis parée à la serpette. Faites d'autant plus d'incisions verticales de l'écorce que le sujet est plus gros (une environ par 2 cm de diamètre). Les greffons, prélevés à la fin de l'hiver et mis en stratification, sont taillés en biseau simple avec le greffoir. Ménagez un cran qui épaulera « la table » du sujet. Opérez de haut en bas en commençant en face d'un œil, chaque greffon ne devant pas comporter plus de trois yeux. Glissez ces greffons en appuyant avec précaution dans les fentes, en
écartant avec la spatule du greffoir les lèvres de l'incision.
Sur de vieux sujets, l'écorce est parfois dure et noueuse. Opérez avec un coin de bois dur et fin (orme, buis). Choisissez les endroits les plus lisses pour inoculer les greffons. Ligaturez puis engluez.
Au fur et à mesure de l'évolution des bourgeons en pousses feuillées vous supprimerez progressivement les rameaux gourmands qui faisaient fonction de tire-sève. Cette greffe, l'une des plus faciles, se réalise lors de la pleine floraison de la variété. Une opération trop hâtive est plus néfaste que si elle est pratiquée tardivement. Greffe utilisée pour pommiers et poiriers.

Greffe anglaise simple
Sujet et greffon doivent être exactement de même diamètre.
Réalisation en mars-avril. Faites une coupe en biais sur le sujet en opérant de bas en haut et de façon inverse sur le greffon. Les deux coupes doivent avoir le même angle et se juxtaposer parfaitement. Effectuez les ligatures au raphia humide ou à la laine. Mastiquez soigneusement.
Greffe utilisée pour la vigne et en pépinières sur de jeunes plants.

Greffe anglaise compliquée
Elle se pratique en deux étapes. Comme la greffe ci-dessus, sujet et greffons sont de même diamètre et taillés en biseau allongé.
Réalisation en mars-avril. Pratiquez au tiers de chacun des biseaux une fente longitudinale aux 2/3 supérieurs et de 2 à 2,5 cm de profondeur.
Assemblez en faisant pénétrer la languette du greffon dans le cran du sujet jusqu'à ce que les écorces coïncident intimement. Ligaturez et engluez. Cette greffe donne un assemblage plus solide que la précédente.

Greffe anglaise à cheval
Taillez le sujet en biseau double avec les deux pentes identiques formant une sorte de petit toit.
Sur une longueur inférieure à celle du sujet. Placez à cheval sur le sujet en appuyant légèrement afin que génératrices coïncident parfaitement. Ligaturez et mastiqué


Greffe anglaise au galop
Cette greffe anglaise est pratiquée lorsque le sujet est plus gros que le greffon. On peut alors employer un seul ou deux greffons selon le diamètre du sujet.

Réalisation en mars-avril. Étêtez le sujet horizontalement. Taillez- le en biseau allongé, puis fendu au tiers environ. Taillez le greffon également en biseau de façon à ce que l'entaille corresponde avec celle du sujet. Le ou les greffons étant de moindre diamètre que le sujet qui les porte, il n'est plus possible de faire coïncide qu’une partie de l'écorce. Liez et engluez avec soin.


Greffe anglaise en placage
Cette greffe se fait au collet des jeunes plants. Elle se pratique latéralement sur le sujet qui peut alors être conservé en entier.

Réalisation en mars-avril, à œil poussant et plus rarement à œil dormant en août-septembre. Celui-ci est entaillé comme pour la greffe compliquée. Taillez le greffon avec une pointe avivée de façon à ce qu'il se loge parfaitement dans le cran du sujet car il n'est pas fait de ligature.






Greffe en flûte ou en sifflet
Cette méthode a été baptisée « en flûte » ou « en sifflet » et dite « de la Saint-Jean » selon les régions. Elle vient de la fabrication des sifflets par les gardiens de troupeaux avec des portions de rameaux cylindriques à la montée de la sève des sureaux et des frênes.

Réalisation au 15 juin. Le greffon est un tube d'écorce de 2 à 3 cm de hauteur portant généralement deux yeux. Il est prélevé grâce à deux incisions transversales au-dessus et en dessous des deux yeux et à une troisième incision longitudinale. Le greffon est soustrait alors en s'aidant avec la spatule du greffoir.
Introduisez-le immédiatement sur le porte-greffe sur lequel un même anneau d'écorce est prélevé.

Préparez le greffon de la même façon que ci-dessus.
Réalisation au 15 juin. Incisez le sujet (une seule incision transversale en, haut) ; effectuez plusieurs incisions longitudinales de façon à obtenir des lanières d'écorce qui adhèrent à leur base. Ces lanières recouvrent alors le greffon quand on les remonte. L'ensemble est ligaturé puis mastiqué.
Ces deux greffes réussissent très bien pour le cerisier âgé de deux à quatre ans.



Greffe sous écorce
- Par bourgeon.
- Par rameau simple.
Les greffons ont de 12 à 15 cm de longueur et sont prélevés dans la moitié supérieure des rameaux. Taillez-les en biseau plat allongé en partant de la partie supérieure d'un œil pour finir à l'opposé dans l'écorce.
Réalisation en septembre. Incisez le sujet en T jusqu'au liber, de dimensions légèrement inférieures au biseau du greffon. Celui-ci est alors glissé de façon à ce que le sommet de son biseau parvienne au cran transversal du T. Ligaturez et engluez ensuite.
Ce mode de greffage permet de combler des vides dans certaines formes d'arbres fruitiers.



Greffe en placage simple
Réalisation fin mars-avril. Prélevez sur le greffon un fragment d'écorce muni d'un œil viable. Sa forme peut être ovale, quadrangulaire ou carrée. La principale difficulté est de faire coïncider exactement cette forme avec la plaie pratiquée sur le sujet. Les fragments doivent être prélevés avec un greffoir bien affûté jusqu'au liber.
Avec quelque pratique l'opération est aisée. Ligaturez solidement. L'engluement est recommandé.
La greffe en placage se pratique généralement sur des sujets âgés de plusieurs années, lors de la montée de la sève pour les arbres fruitiers à pépins et à noyaux ainsi que pour le noyer. Elle peut être
réalisée au déclin végétatif pour prunier, cerisier et pêcher.





LES GREFFES PAR BOURGEON DÉTACHÉ

Greffe en écusson
Elle consiste à insérer sous l'écorce d'une plante, dénommée sujet ou porte-greffe, un fragment d'écorce muni d'un bourgeon viable fixé à l'aisselle du pétiole de chaque feuille et que l'on désigne sous le terme d'écusson.
Cette méthode est l'une des plus populaires parmi les techniques de reproduction des végétaux. Elle offre en effet plusieurs avantages
Simplicité et rapidité d'exécution et multiplication économique sur des sujets relativement jeunes.
Réalisation 15 juillet-15 septembre. Le bourgeon greffé restant à l'état latent après sa soudure et ne se développant qu'au printemps suivant : cette greffe est dite « à œil dormant ». Elle se pratique parfois en mars-avril, au départ de la végétation ; l'œil implanté se développe alors en pousse herbacée quelques semaines après l'opération, c'est la greffe « à œil poussant ».

Levée de l'écusson. Prélevez les écussons dans la partie médiane des rameaux, parmi les yeux les mieux constitués. Ceux de la base sont insuffisamment développés, ceux du sommet mal aoûtés. Chaque écusson doit comporter l'œil avec son pétiole et un lambeau d'écorce de 25 mm environ.
Pour lever l'écusson, tenez le rameau porte-greffon de la main gauche, puis délimitez ses deux extrémités par un coup de greffoir propre et bien tranchant, tenu de la main droite à 15 mm environ au dessus et en dessous de l'œil ; glissez la lame sous l'écorce en l'inclinant légèrement, la coupe étant ébauchée au-dessous de l'œil. La difficulté consiste à lever l'écusson d'un seul coup. II arrive souvent qu'une esquille de bois subsiste à la partie vive. Pour l'amateur, mieux vaut laisser cette petite pellicule de bois plutôt que de tenter de la retirer car, faute d'expérience, vous risquez de dévitaliser l'œil. Mais si la languette de bois qui subsiste est trop épaisse, elle réduit les chances de soudure, aussi exercez-vous à ce travail avant de réaliser les greffes.
Inoculation de l'écusson. L'écusson ainsi préparé doit, le plus rapidement possible, être mis en place. Incisez en T un endroit lisse choisi sur le porte-greffe, en commençant par l'incision transversale. Soulevez les deux bords de l'écorce - qui doit se décoller aisément
- avec la spatule du greffoir. Glissez l'écusson sous l'écorce en tenant par le pétiole conservé dans ce but, jusqu'à ce que l'œil soit descendu à un bon centimètre du niveau de l'incision transversal Une fois en place, sectionnez le lambeau d'écorce supérieur au r, de l'incision transversale. Ligaturez avec du raphia humide ou de la laine, sans trop serrer couvrir l'œil. Commencez toujours cette ligature par le haut.
Contrôle de reprise. Trois à quatre semaines après l'exécution des greffes, il est possible de s'assurer de la soudure de l'écusson
- si le pétiole jaunit et tombe aisément sous la pression du doigt l'opération est réussie ;
- si le pétiole se dessèche et devient noir en restant adhérent l'œil, c'est un échec. Si la sève le permet encore, tentez un nouvel essai, sinon attendez l'année suivante.
La reprise ainsi constatée, desserrez ou coupez les liens, six semaines environ après l'écussonnage afin d'éviter un étranglement des tissus. Au début du printemps suivant, les sujets seront rabattus à une dizaine de centimètres environ au-dessus de la greffe de façon à favoriser la croissance de celle-ci. II subsistera alors un onglet si lequel tous les bourgeons éventuels seront supprimés sauf un. Il fera fonction de tire-sève, tant que les greffons n'auront pas atteint une quinzaine de centimètres de longueur. L'onglet mort servira ensuite à redresser et à tuteurer la jeune pousse et ne sera supprimé qu'au cours de l'été. Procédé le plus utilisé pour les arbres fruitiers, les rosiers et la plupart des arbustes d'ornement.

Greffe en écusson avec incision renversée
Cette méthode se pratique de la même façon que la précédente, mais l'incision est faite de bas en haut en T renversé.

Réalisation 15 juillet-15 septembre. L'écusson, au lieu d'être introduit de haut en bas, est glissé de bas en haut. La ligature s'effectue en commençant par le bas. Cette méthode, en entravant la sève jugée trop abondante évite que l'écusson soit « noyé », auquel cas la greffe ne réussirait pas.

Dates favorables à I’ exécution de la greffe en écusson (Région parisienne et centre de la France)
La nature du sol et des circonstances météorologiques (chaleur pluviométrie) peuvent influencer la végétation, et par conséquence l'époque du greffage.
Seconde quinzaine de juillet : abricotier et pêcher sur prunier, cognassier du Japon, rosier, poirier sur franc.
Première quinzaine d'août : abricotier sur franc, cerisier sur m~ ou sur Ste-Lucie, cerisier à fleurs du Japon, prunier sur Myrobolan pommier sur franc.
Tout le mois d'août : cognassier, poirier sur cognassier, pommier Paradis, pommier du Japon, rosiers.
Fin août/première quinzaine de septembre : pêcher sur franc, pommier sur Doucin de Fontenay et sur franc, châtaignier, vigne amandier sur franc.
Pour le Midi et zones très tempérées, les dates seront en avance pour les régions de montagne et plus froides, elles seront retard

PRÉPARATION DU GREFFAGE D'ÉTÉ
Que vous greffiez par bourgeons (écusson) ou par rameau, détaché, si le temps est chaud et la sécheresse persistante, arrosez abondamment au jet ou au goulot d'arrosoir les
pieds de vos porte-greffes. Cela active la circulation de la sève et permet de soulever l'écorce sans difficulté.
Deux ou trois Arrosages sont nécessaires de 4 jours à 24 heures avant le greffage. Le dernier doit être suivi d'un épandage de sulfate d'ammoniaque ou nitrate de potasse
La réussite de la greffe en écusson est subordonnée tant au stade végétatif qu'aux circonstances météorologiques, favorables à son exécution.
La majorité des échecs sont dus soit à une opération trop hâtive, soit à de mauvaises conditions atmosphériques (pluie, grand vent, chaleur excessive).

Greffe de boutons à fruits
Réalisation en juillet-août. Selon les essences et les régions. Pratiquez de la même façon que pour la greffe en écusson, au déclin de la sève ascendante.
Le bouton fructifère se soudera en quelques semaines là où il a été inoculé, soit à la base d'une coursonne infertile, soit sur une jeune branche âgée de 2 à 3 ans. Les arbres doivent être relativement jeunes, 5 à 8 ans maximum, leur écorce sera lisse, exempte de parasites.
Le greffon se transformera au printemps suivant en un bouquet de fleurs lequel donnera naissance la même année à plusieurs fruits (généralement quatre, parfois cinq) ; il convient alors de n'en conserver qu'un ou deux après la nouaison (juin).
Le greffage de boutons à fruits peut s'opérer par greffage en coulée avec une portion de rameau, par greffage en placage, méthodes déjà présentées. Toutefois la greffe en écusson a donné les meilleurs résultats.
Greffe utilisée pour la mise à fruits d'arbres fruitiers à pépins vigoureux dit « poussant à bois », car plus ou moins « rebelles » à la fructification (poirier ` Comice 'par exemple).

Greffe en pont
Cette méthode vise à rétablir les tissus conducteurs de sève endommagés, soit par un outil mécanique, soit par des rongeurs tels que les lapins de garenne.
Réalisation en mars-avril, à la montée de la sève, généralement à la base des troncs.
Cela contribue à la cicatrisation des plaies constatées et permet de sauver des arbres qui seraient condamnés.
Pour effectuer ce travail, utilisez des rameaux d'un an, de la même variété. Taillez-les en biseau allongé, à chacune des extrémités. Placez les greffons en position verticale à 2 ou 3 cm d'espacement selon l'âge du sujet, de façon à relier la base à la partie supérieure de l'arbre où l'écorce n'a pas été éprouvée.
Ces greffons prennent naturellement une position arquée. N'opérez que lorsqu'il y a suffisamment de sève, de façon à ce que les biseaux pénètrent aisément sous l'écorce. Engluez l'ensemble avec soin. Cette méthode réussit bien et, quelques années après, les rameaux, en se développant, s'identifient au tronc.
Le greffage en pont doit être suivi d'une taille plus ou moins importante selon l'importance des blessures.
Greffe utilisée pour jeunes pommiers et poiriers.





FERTILISATION DES GREFFES
La fertilisation joue un rôle primordial dans la croissance des greffes.
Les jeunes greffes ont besoin de sels minéraux et, en moindre proportion, de métalloïdes pour console er leur soudure et activer la vie cellulaire.
Effectuez un apport de 10 à 50 g de nitrate de potasse au ri selon l'âge du porte-greffe), enfoui en surface après une pluie ou un arrosage quelques jours après le greffage. Renouvèle ?cet épandage à deux ou trois reprises à un mois d'intervalle -cela contribue beaucoup à la solidité des greffes, à leur vitalité et assure l'avenir de l'arbre.

RENFORCEZ UN PORTE-GREFFE
Si votre greffe en écusson, placage, en fente en pied n'évolue pas avec la vigueur souhaitable, plantez en novembre un nouveau porte-greffe à proximité du sujet déficient dans la même classification botanique. L'année suivante vous pratiquerez la greffe par approche.
Faites coïncider le liber du nouveau porte-greffe et celui de lu pousse issue de la greffe juste au-dessus de celle-ci, lors de la pleine montée de la sève (mai juin).
Ligaturez, puis engluez. La soudure est constatée environ trois mois après, la partie supérieure du second porte-greffe est sectionnée quelques millimètres au-dessus du bourrelet de greffe:

SURVEILLEZ VOS GREFFES EN ÉCUSSON

Les greffes effectuées en écusson l'été précédent ont donné une pousse ; celle-ci doit être palissée à l'onglet, conservée dans ce but afin qu'elle se trouve en position verticale.
Cet onglet ne sera supprimé qu'au printemps suivant; la plaie sera alors mastiquée avec soin.
Surveillez le r ver de l'écusson », petite chenille verdâtre qui ronge le bourgeon dès qu'il commence à se souder au porte-greffe.
1 es scions d'un an doivent être taillés à 4 yeux afin d'obtenir une forme en volume (fuseau, quenouille, palmette).


en cours
________________


Dernière édition par dan6013 le 22/06/2007 21:41:17; édité 2 fois
Publicité



 


MessagePosté le: 22/06/2007 18:59:52    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

 • Vous êtes ici »  Espace Bonsaï Index du Forum » Espace-Bonsaï » Les articles du forum » Formation Page 1 sur 1

Panneau de control modérateur



Sauter vers: