Se connecter à votre compte


Nom d’utilisateur:
      Mot de passe:

Se connecter automatiquement à chaque visite:


J’ai oublié mon mot de passe

Créer un compte


Vous n'avez pas de compte !?
En suivant ce lien vous pouvez le créer
en quelques minutes,
vous aurez un accès total au forum et vous pourrez
commencer à poster dans les différents sujets.


S'enregistrer
Le bouturage

 • Vous êtes ici »  Espace Bonsaï Index du Forum » Espace-Bonsaï » Les articles du forum » Articles des membres Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

Auteur Message
pscal1
Super Membre
Super Membre

Hors ligne

 Inscrit le: 08 Oct 2006
Messages: 1 371
Genre: Homme
Age: 47
Localisation: MAROC(CASABLANCA)
Année de culture bonsaï:
USDA: 10a

MessagePosté le: 04/05/2007 14:21:57    Sujet du message: Le bouturage Répondre en citant

Le bouturage est une méthode de multiplication de certaines plantes consistant à faire un clone du plant mère à partir d'une branche ou d'une feuille.
Il existe plusieurs types de boutures :
La bouture herbacée : se fait sur des plantes non lignifiées souvent en fin d'été.
La bouture sur bois tendre : se fait sur les rameaux de l’année (encore vert) des arbres juste au moment ou ils commencent à durcir. . Pour la plupart des arbres, cela se fait en mai, juin, ou juillet. Elles s’enracinent généralement rapidement.
La bouture semi-aouté : se fait sur pousse de l’année dont la base est dure (aoûtée) et la pointe tendre et encore en croissance (de mi-Juillet à mi-septembre selon les espèces)
La bouture aoûté : se fait sur rameaux dormants à la fin de l’automne, en hiver ou au début du printemps.
La bouture à l’étouffé : se fait à n’importe quelle période mais en mettant la bouture sous cloche de verre (ou enfermée dans un sac plastique transparent à défaut) pour conserver un taux d’humidité proche de 100%. Penser à aérer tous les 2 à 3 jours pour éviter les problèmes de pourrissement. La technique de l’étouffé améliore la reprise des boutures en évitant qu’elles ne s’assèchent.
La bouture de feuille : se pratique avec une feuille de" crassula " par exemple
Quand bouturer ?
La période de bouture dépend de l'espèce choisie du type de bouture, et de l'utilisation voulue. Pour la plupart, les boutures sont plus réussies quand elles sont pratiquées en période de croissance de la plante.


janvier
février
buis
Peupliers
Saules
mars
Tamaris
ribes
avril
Hibiscus
lierre
mai
Lilas
lavande
juin
grenadier
troène
Erables palmatum
Saules
spirée
orme
chaenomeles
azalées
juillet
Romarin
chèvrefeuille
azalées
Berbéris
cotonéaster
Ficus
aout
chamaecyparis
stewartia
cryptomère
metasequoia
septembre
Jasmin
thuya
pyracantha
if
cèdre
genévrier
houx
octobre
forsythia
novembre
décembre
Buis



Début juin est une bonne période pour des boutures de feuillus (ormes azalées érables). Prendre des pousses de l’année dont la base commence à s'aoûter, compter 5 à 6 feuilles à partir de la base, mettre de l’hormone de bouturage et les mettre à l’étouffée dans une mini serre (faite avec une bouteille de plastique par exemple).
On peut aussi bouturer à la fin de l’été sur du bois aoûté ou sur certains feuillus en automne hiver.
Pour les conifères, la période est plutôt fin automne et durant l’hiver en châssis froid.

Comment bouturer ? On sélectionne un jeune rameau ligneux ou herbacé d'au moins 10 à 15 cm de long comportant au moins 3 nœuds (pour certaines espèces, on peut même simplement prendre une feuille ou un morceau de racine) et on le coupe (avec un ciseaux propre et aiguisé) juste sous un nœud. On taille toutes les feuilles du rameau à l'exception de 2 ou 3 au sommet pour éviter une trop grande transpiration du plant qui n'a plus de racines pour s'hydrater. On plante ensuite rapidement le rameau (pour éviter qu'il se dessèche) par le côté coupé comportant une zone favorable à l'émission de racines dans un substrat. Ce substrat peut être de l'akadama un simple récipient rempli d'eau. On utilisera de préférence des pots en terre cuite et on placera les boutures sur les bords du pot car, les parois emmagasinent et conservent la chaleur, ce qui favorise l'émission de racines.
On place le tout dans un endroit lumineux (mais pas en plein soleil), chaud, humide et à l'abri du vent. La bouture a pris si, après 3 à 4 semaines, on peut constater de nouvelles pousses au niveau des yeux.
Pour accroître ses chances de réussite, on peut utiliser une hormone de bouturage,
Ne jamais laisser le bourgeon terminal de la branche pour que ce soit les racines et non
l'apex qui soit privilégié
________________
C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas
VICTOR HUGO
Publicité



 


MessagePosté le: 04/05/2007 14:21:57    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
dan6013
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

 Inscrit le: 18 Mar 2007
Messages: 2 221
Genre: Homme
Age: 45
Localisation: chambly (oise)
Année de culture bonsaï:
USDA: 8a

MessagePosté le: 23/06/2007 00:41:37    Sujet du message: Le bouturage Répondre en citant

Comment obtenir de nouveaux arbustes par bouturage
Un moyen facile: les boutures ligneuses
La manière la plus simple pour multiplier de nombreux arbres et arbustes rustiques consiste généralement à prélever des boutures ligneuses à la fin de l'automne ou au début de l'hiver.
Pendant 12 mois, elles ne demanderont que peu de soins: désherbage et arrosage en période sèche. Puis les jeunes sujets pourront être mis en place. Ces boutures ligneuses sont des tiges vigoureuses qui ont juste terminé leur première année de croissance et sont devenues dures et ligneuses. Elles présentent sur toute leur longueur des yeux qui produiront de nouvelles pousses l'année suivante. Elles sont prélevées en octobre, de préférence, lorsqu'elles viennent d'arrêter de croître et vont entrer dans leur période de dormance. Certaines espèces peuvent être prélevées à n'importe quel moment de l'automne ou de l'hiver, mais, pour d'autres, l'époque indiquée est importante. Au sécateur, couper la tige près de la base et lui laisser une longueur de 25 à 30 cm. Si la tige est longue, elle pourra être détaillée en plusieurs parties; on évitera toutefois d'utiliser l'extrémité, qui donnerait une plante trop faible ou risquerait de ne pas s'enraciner. Couper proprement la bouture choisie, juste au-dessous d'un œil, à la base, et juste au-dessus d'un mil au sommet. Les tiges à feuillage persistant seront coupées entre deux feuilles, et toutes les feuilles de la moitié inférieure seront éliminées. Les grandes feuilles d'arbustes comme le laurier-cerise seront diminuées de moitié à l'aide d'une lame de rasoir ou de ciseaux bien affûtés. Importante durant la période de préenracinement. Sur les sujets qui s'enracinent difficilement, on prélèvera une petite parcelle d'écorce à la base de la tige. Ou bien, on plongera la base dans de la poudre à base d'hormones d'enracinement en prenant garde que toute la coupe soit traitée. Avant de prélever les boutures, choisir un endroit abrité des vents du nord et de l'est et le creuser soigneusement. Si la terre est lourde, lui ajouter du sable grossier ou des cendres pour améliorer le drainage et l'aération. Avec une bêche faire une tranchée étroite de quelques centimètres sur une profondeur d'un fer de bêche. Dans le fond, étendre une couche de 2 à 5 cm de sable et placer les boutures de manière que la moitié inférieure ou les deux tiers soient Espacer les sujets de 8 à 10 cm et les rangs de 60 cm. Faire glisser la terre dans les tranchées et tasser avec les pieds. Après des gels sévères, le sol sera souvent moins ferme. Tasser chaque bouture avec le doigt jusqu'à ce que la base soit de nouveau en contact avec le sable ou la terre. Au début du printemps, tasser encore une fois. Biner régulièrement pendant l'été, et arroser durant les périodes sèches. Un an plus tard, toutes les boutures d'espèces à enracinement facile seront prêtes pour être transplantées définitivement. Film protecteur de plastique. Les boutures ligneuses d'arbres et d'arbustes à feuillage persistant peuvent dépérir et mourir à cause de l'évaporation excessive de l'eau parleurs feuilles. On peut l'éviter en pulvérisant sur les boutures un produit qui réduira la transpiration, car ce dernier recouvrira les feuilles d'un film transparent.
On peut aussi utiliser ce produit qui aura un effet bénéfique sur des boutures semi-ligneuses ou herbacées de sujets à feuillage caduc ou persistant, en particulier sur ceux à grandes feuilles.

Les boutures semi-ligneuses ou semi-aoûtées faites en été
Chez des espèces dont l'enracinement des boutures ligneuses est difficile, on obtient de bons résultats avec des tiges semi-ligneuses. II en est ainsi pour l'actinidie, l'aucuba, le caryopteris, le choisya et la lavande. Ces tiges semi-ligneuses sont des pousses de l'année dont la base est déjà un peu ferme et ligneuse et dont l'extrémité est tendre parce qu'elle croit encore.
La meilleure période se situe entre la mi-juillet et la fin août, mais, durant les étés très chauds, les tiges seront à point plus tôt. Ces boutures nécessitent n certaine attention jusqu'à ce qu'elles soient enracinées. Les points les plus importants sont: le coffre ou la caissette de multiplication - avec ou sans chaleur de fond - les arrosages réguliers et la protection contre le soleil. Lorsque les jeunes plants ont pris racine, ils peuvent être mis soit en pot, soit en pépinière. Ils ne seront transplantés définitivement que 1 ou 2 ans plus tard. Prélever des boutures de 15 à 20 cm, qui pourront être choisies sur des tiges latérales de l'année: elles sont facilement reconnaissables, car elles présentent des feuilles en pleine croissance. Faire la coupe près de la tige principale, au sécateur ou au couteau. Eliminer les feuilles de la partie Inferieure et couper juste au-dessous d'un noeud. Couper la partie tendre de l'extrémité juste au-dessus d'une feuille afin que la bouture ait 5 à 10 cm de long. Bouture à talon. Les boutures semi-ligneuses prennent souvent mieux lorsqu'elles ont été prélevées avec une petite partie de la tige mère. Certaines espèces ne s'enracinent que si elles possèdent ce talon; à titre d'exemple citons le pyracantha et le céanothe.L'inclusion du talon encourage la formation des racines parce qu'elle empêche les substances élaborées par les feuilles de se perdre dans le sol. On commence tout d'abord i couper une tige principale portez de plusieurs tiges latérales, et
préférence non fleurie. A l'aide d'un couteau quel' aura pris soin de bien affûter, faire sur la tige principale une coupe oblique la plus nette possible au-dessous du point de rencontre de la tige latérale.
Puis terminer la coupe, dans direction opposée, pour détache la bouture. Elle devra avoir 5 à 8 cm de longueur. Au cas où la bouture atteins une taille plus grande, en couper l'extrémité avec soin.
Terminer de la même manière qu’il est décrit plus haut pour les boutures ligneuses ou semi-ligneuse

Comment planter et soigner les boutures semi-ligneuses
Après avoir prélevé les boutures, remplir un pot de compost à semis ou d'un mélange qui sera composé, à volume égal, de tourbe et de sable grossier.
La grosseur du pot dépend de la longueur et du nombre des boutures. Un pot de 8 cm suffit pour environ 5 sujets et un pot de 12 cm pour 5 à 7 sujets.
Dans le compost faire un trou profond d'environ un tiers de la hauteur de la bouture.
Enfoncer la bouture sur la moitié de sa longueur et tasser avec un plantoir et avec les doigts.
Placer les autres sujets, puis humidifier copieusement au pulvérisateur ou à l'arrosoir.
Pour éviter qu'elles se dessèchent, ces boutures doivent être maintenues dans une atmosphère humide. Une méthode simple consiste à faire un abri en utilisant deux bouts de fils de fer galvanisé et un sac de plastique transparent. Enfiler le sac par-dessus le pot, le maintenir avec un élastique ou de la ficelle, et couper la matière qui dépasse. Pour un grand nombre de boutures, une caissette ou une terrine à semis est préférable. La recouvrir de la même façon. La caissette de multiplication est ensuite placée en exposition ombragée, dans la serre ou sous châssis. La chaleur est indispensable, mais les rayons du soleil peuvent brûler les boutures. Les meilleures conditions sont données par un coffre à multiplication comportant une source de chaleur venant du sol. Elle peut être celle des tuyaux ou des tubes de chauffage de la serre. Il existe des caissettes de multiplication (appelées propagateurs ou miniserres) à câble chauffant pour chaleur de fond incorporé.
Pour la plupart des plantes rustiques, la chaleur du compost doit être maintenue à une température égale de 16 à 18 °C. La chaleur de fond accélère l'enracinement de presque toutes les espèces, mais elle n'est pas indispensable. Même un amateur débutant peut réussir cette opération: il veillera principalement à ce que les boutures soient prélevées à l'époque conseillée (de fin juillet à mi-août) et que le compost et les soins soient adaptés. Pour compenser des pertes éventuelles, il est préférable de prélever quelques boutures supplémentaires. Dans de bonnes conditions, l'enracinement aura généralement lieu au bout de 2 à 3 semaines. Les boutures devront ensuite s'endurcir, c'est-à-dire s'acclimater aux conditions plus froides ou plus sèches de l'extérieur. Les laisser dans la serre ou sous châssis, et soulever le sac de plastique ou le percer de quelques trous, qui permettront à l'air d'entrer. Eviter une lumière trop vive. Une semaine plus tard, soulever le sac encore un peu plus, ou percer de nouveaux trous, pour que la plante soit de plus en plus aérée.
Attendre 8 jours avant d'ôter définitivement le sac, et encore 8 jours supplémentaires avant la mise en pots individuels. Déterrer les boutures et les séparer avec précaution. Remplir de compost le fond d'un pot de 10 cm environ. Placer la jeune plante et remplir le pot jusqu'à la première paire de feuilles. Tasser le compost afin que la surface soit à 1 cm du bord. Arroser copieusement.
Placer le pot dans la serre ou sous châssis, et ne laisser jamais le compost se dessécher.
Les racines devront avoir atteint le bord du pot environ 3 semaines plus tard. Si la plante est rustique, elle sera mise en pleine terre. Sinon, elle sera d'abord rempotée et laissée sous châssis ou dans la serre jusqu'au printemps suivant pour être protégée des rigueurs de l'hiver.

Boutures herbacées prélevées à l'extrémité des tiges

Bien que cette méthode soit couramment utilisée pour multiplier des plantes herbacées rustiques et vivaces ainsi que des plantes de serre, elle n'est pas très pratique pour les arbustes et les arbres. Les boutures herbacées sont faites avec les extrémités vertes des tiges, avant maturité.
Des soins constants sont nécessaires entre le prélèvement de la bouture et sa mise en pot.
Un coffre de multiplication avec chaleur de fond est indispensable. L'humidification, le dosage de la lumière et l'hygiène sont des points délicats. Aussi aura-t-on intérêt à utiliser un système de brumisation artificielle. Les plantes ne seront replantées en pleine terre que 1 ou 2 ans plus tard.
En juin ou juillet, prélever les boutures herbacées, en choisissant des tiges jeunes, non fleuries, fermes mais non ligneuses, longues de 5 à 10 cm et présentant 4 à 5 paires de feuilles.
Avec un couteau bien affûté ou une lame de rasoir, éliminer le bas de la tige, en faisant une coupe nette et en diagonale, juste au-dessous de la paire de feuilles la plus proche de la branche principale.
Éliminer la première et la seconde paire de feuilles, en prenant soin de couper à ras de la tige, mais sans abîmer celle-ci. Prélever environ 10 boutures. Remplir un pot de 12 cm avec un compost approprié, ou un mélange à volume égal de tourbe et de sable grossier. Avec le plantoir, faire des trous dans le compost. Ceux-ci doivent avoir une profondeur d'un tiers de la longueur de la bouture.
Y placer les sujets et tasser avec les doigts. Continuer l'opération comme pour les boutures semi-ligneuses.

De nouveaux arbustes à partir de fragments de racine.
Certaines plantes, herbacées ou ligneuses, produisent facilement de nouvelles pousses à partir de leurs racines, spécialement sur un endroit blessé. On peut donc faire des boutures avec des morceaux de racine. L'avantage de cette méthode est qu'elle nécessite moins de soins que les autres. Elle convient particulièrement aux ronces d'ornement, aux sumacs, aux spirées, et aux connus (arbres à perruque).Prélever en hiver ou au printemps ces boutures de racines charnues. A la fourche-bêche, déterrer toute la plante ou seulement une partie de son système radiculaire, puis couper la racine à la fois la plus épaisse et la plus proche de la tige, ou racine principale. Avec un couteau, la tronçonner en fragments longs de 4 cm. Chaque fragment sera coupé à angle droit du côté de la souche, et de biais du côté de l'extrémité. Remplir un pot de compost approprié ou d'un mélange de tourbe et de sable grossier.
Avec un plantoir ou un bâtonnet en forme de fuseau, préparer un trou ayant la hauteur de la bouture. Planter celle-ci en prenant soin que la surface plate soit juste de ni veau avec celle du compost. Planter environ 6 boutures par pot de 12 cm. Recouvrir le compost d'une couche de 1 cm de sable grossier, et humidifier (des racines plus mince; peuvent être prélevées, mais elle; auront 5 à 8 cm de long et seront plantées horizontalement à environ 1 cm de profondeur).Placer les boutures dans la serre ou sous châssis.6 mois plus tard, les boutures seront dépotées, séparées délicate ment, puis rempotées individuelle ment. Elles recevront ensuite les mêmes soins que les boutures semi-ligneuses.

Une méthode rapide et de bon rendement: la bouture d'œil en vert
Cette méthode convient si l'on veut obtenir de nombreux sujets à partir d'un petit nombre de plantes à multiplier. De plus, site prélèvement est fait au bon moment, les boutures d'ciel en vert croîtront beaucoup plus rapidement.
Cependant, un an après l'enracinement, les plantes obtenues à partir de boutures semi-ligneuses ou ligneuses seront plus importantes.
En août-septembre, prélever des boutures présentant plusieurs feuilles et un œil latent à chaque aisselle de feuille, sur des tiges latérales semi-ligneuses (dont la croissance a commencé au printemps). Détacher la tige près de sa base avec le sécateur; puis, avec un couteau bien affûté, couper très soigneusement à angle droit, à environ 2 cm au-dessous de la feuille la plus basse. Faire une nouvelle coupe en angle droit, juste au-dessus de l'œil axillaire. Préparer ainsi 3 ou 4 boutures par tige. Avec le couteau, gratter légèrement l'écorce de la tige, puis tremper l'extrémité de la blessure occasionnée par la coupe dans une poudre à base d'hormones d'enracinement.Remplir le pot du compost approprié ou d'un mélange à parts égales de tourbe et de sable.Planter les boutures de manière que l'œil soit juste au-dessus de la surface.Placer environ 12 boutures par pot de I5 à 18 cm.Arroser délicatement avec un pulvérisateur à main ou en faisant glisser de l'eau le long des doigts. Afin de maintenir une atmosphère humide, recouvrir le pot d'un capuchon confectionné avec des fils de fer et un sac de plastique et mettre sous châssis ou dans la serre. 6 mois plus tard, déterrer avec beaucoup de délicatesse les boutures enracinées qui sont prêtes à être rempotées individuellement. Préparer autant de pots de 8 cm qu'il y a de sujets et recouvrir leur fond d'un compost adéquat.Placer chaque bouture au centre du pot, et remplir de manière que le compost atteigne la base de la feuille d'origine. Tasser pour que la surface soit à environ 1 cm au-dessous du bord. Arroser copieusement, et placer dans la serre ou sous châssis. Veiller surtout à ne jamais laisser le compost se dessécher complètement. Les racines auront probablement atteint le bord du pot 3 ou 6 semaines plus tard. Si la plante est rustique, elle pourra alors être mise en pleine terre. Sinon, elle sera d'abord placée dans un pot plus grand et gardée dans la serre ou sous châssis et ne sera plantée à l'extérieur qu'au printemps suivant

L'ennemi des boutures: la pourriture grise
Cette maladie redoutable est provoquée par un champignon appelé botrytis. Elle recouvre les tiges, les feuilles et les boutons floraux d'un duvet gris-brun, se développant sur les tissus morts. Une fois établie, elle contaminera toutes les boutures. Elle se développe en conditions fraîches et humides, et sévit surtout de l'automne au printemps. Une bonne hygiène diminuera l'étendue des dégâts. Une fois par semaine, vérifier toutes les boutures et éliminer toutes les feuilles malades ou mortes, et même la plante entière si c'est nécessaire. Appliquer un fongicide à base de bénomyl ou de carbendazime (voir l'encart «Produits phytosanitaires»).

Stimuler la croissance: les hormones d'enracinement
Différents produits vendus sous forme de liquide ou de poudre contiennent des hormones de synthèse qui, lorsqu'elles sont appliquées à la base des boutures, favorisent la formation des racines.
Ces hormones existent dans les plantes, mais en quantité si minime que l'enracinement naturel est très lent. Si la plante est traitée aux hormones, l'enracinement sera plus rapide, surtout chez des espèces comme le chimonanthus, au bouturage souvent difficile.
Cependant, sur les sujets prenant racine facilement, les hormones peuvent avoir un effet négatif.
Ces produits sont de forces diverses: le plus faible pour les boutures herbacées, et le plus fort pour les boutures ligneuses. II existe aussi des formules polyvalentes. Pour une multiplication faite sur une grande échelle, on pourra utiliser des préparations appropriées, dont l'emploi exige d'ailleurs une grande expérience, mais pour un nombre restreint de boutures herbacées ou ligneuses, on se contentera d'une préparation polyvalente en poudre.
________________


Dernière édition par dan6013 le 23/06/2007 08:46:32; édité 4 fois
sheitan
Webmaster
Webmaster

Hors ligne

 Inscrit le: 08 Sep 2006
Messages: 2 730
Genre: Homme
Age: 29
Localisation: Montoir de bretagne 44
Année de culture bonsaï:
USDA: 9b

MessagePosté le: 23/06/2007 00:50:22    Sujet du message: Le bouturage Répondre en citant

ola va falloir faire un melting-pot
________________
|---> Merci de choisir des titres explicites pour vos topics !

http://www.westweb.fr/
Visiter le site web du posteur
visagepall
Membre Permanent
Membre Permanent

Hors ligne

 Inscrit le: 08 Sep 2006
Messages: 207
Genre: Homme
Age: 26
Localisation: St Nazaire
USDA: 9b

MessagePosté le: 23/06/2007 10:19:10    Sujet du message: Le bouturage Répondre en citant

En tout cas il y a du boulot de fait merci a vous trois bravo

Ps: j'ai préparé un schema pour savoir ou couper pour les différentes techniques de bouturage.


visagepall
yogin666
Membre
Membre

Hors ligne

 Inscrit le: 25 Juil 2012
Messages: 9
Genre: Homme
Age: 0
Localisation: saint claud

MessagePosté le: 26/07/2012 11:55:19    Sujet du message: Le bouturage Répondre en citant

Bonjour,
tout d'abord, merci à vous pour les notes détaillées que vous avez écrites dans ce sujet. J'ai cependant une question concernant la bouture...
Je me suis offert depuis peu mes deux premiers bonsaï : une Carmona et (si on peut le nommer "bonsaï) un Portulacaria que je distingue du Crassula. J'aimerais tailler mon Portulacaria et garder certaines coupes afin d'en faire des boutures (c'est apparemment une plante très facile à bouturer). Je me suis donc un peu renseigner sur le Web et j'ai très souvent lu qu'il fallait laisser sécher les boutures pendant plusieurs jours avant de les planter dans un substrat humide. Dois-je réellement laisser sécher les futures boutures ou bien puis-je les transplanter directement après la taille ? A quoi sert le fait de laisser sécher les boutures pendant plusieurs jours ?
En espérant avoir une réponse.....
Cordialement...
________________
....YogiN........
daniel
Super Membre
Super Membre

Hors ligne

 Inscrit le: 11 Oct 2011
Messages: 517
Genre: Homme
Age: 56
Localisation: ardeche
USDA: 8a

MessagePosté le: 26/07/2012 12:54:57    Sujet du message: Le bouturage Répondre en citant

moi,je les plantes directement en terre,100/100 de réussites
yogin666
Membre
Membre

Hors ligne

 Inscrit le: 25 Juil 2012
Messages: 9
Genre: Homme
Age: 0
Localisation: saint claud

MessagePosté le: 26/07/2012 20:05:02    Sujet du message: Le bouturage Répondre en citant

Merci pour ta réponse.. C'est ce que je comptais faire aussi mais, après avoir lu un peu partout qu'il fallait faire sécher les futures boutures quelques jours, je commençais à douter.. Ton message confirme bien mon sentiment : je vais donc directement planter mes boutures dans un substrat bien humide....
Encore merci pour l'info ! ;o))
________________
....YogiN........
Contenu Sponsorisé



 


MessagePosté le: 20/11/2017 23:43:08    Sujet du message: Le bouturage

Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

 • Vous êtes ici »  Espace Bonsaï Index du Forum » Espace-Bonsaï » Les articles du forum » Articles des membres Page 1 sur 1

Panneau de control modérateur



Sauter vers: