Se connecter à votre compte


Nom d’utilisateur:
      Mot de passe:

Se connecter automatiquement à chaque visite:


J’ai oublié mon mot de passe

Créer un compte


Vous n'avez pas de compte !?
En suivant ce lien vous pouvez le créer
en quelques minutes,
vous aurez un accès total au forum et vous pourrez
commencer à poster dans les différents sujets.


S'enregistrer
Le marcottage

 • Vous êtes ici »  Espace Bonsaï Index du Forum » Espace-Bonsaï » Les articles du forum » Articles des membres Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

Auteur Message
pscal1
Super Membre
Super Membre

Hors ligne

 Inscrit le: 08 Oct 2006
Messages: 1 371
Genre: Homme
Age: 47
Localisation: MAROC(CASABLANCA)
Année de culture bonsaï:
USDA: 10a

MessagePosté le: 03/05/2007 20:56:13    Sujet du message: Le marcottage Répondre en citant

MARCOTTAGE
Technique qui consiste à créer des racines à un endroit précis d'un végétal afin de diviser ou multiplier
celui ci tout en restant sur le pied mère lorsque les racines ont poussées
(ce qui peux prendre de quelques mois à plusieurs années)
Il existe différents types de marcottes
    la marcotte de base (branche enterrée)
    la marcotte en serpent (branche enterrée a différent endroits)
    la marcotte en cépée (enterrer la plante entière ex:bruyère)
    la marcotte aérienne (tronc ou branche)

c est cette dernière qui nous intéresse en bonsaï
afin d’améliorer un nébari ou un tronc trop long
ou bien récupérer une branche d un arbre qui possède un bon potentiel
En photo cela est beaucoup plus explicite
Méthode de marcottage
qui peux s'appliquer sur la plupart des espèces
Tout d'abord il faut préparer le matériel
    un couteau désinfecté
    du fil de ligature
    de l'hormone de bouturage
    un sac plastique
    et du substrat drainant mais qui garde l'humidité

Ici c'est de l'akadama,terre de bruyère et sphaigne


première chose , choisir l'endroit de la marcotte



ensuite il faut inciser le cambium



après cela il faut poser la ligature assez serrée afin de bloquer la sève descendante



mettre de l'hormone de bouturrage afin d'aider l'arbre à faire racines



poser le sac plastique tenu par du fil de ligature



le remplir avec le substrat



refermer le sac après avoir arrosé le substrat



et voila la marcotte est terminée après avoir recouvert le sac d'un pot noir car les racines n'aiment pas la lumière





les racines devraient pousser et la séparation du plan mère devrait être faite à l'automne ou plus tard
tout dépend du pain racinaire


________________
C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas
VICTOR HUGO


Dernière édition par pscal1 le 23/09/2007 17:47:13; édité 1 fois
Publicité



 


MessagePosté le: 03/05/2007 20:56:13    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
dan6013
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

 Inscrit le: 18 Mar 2007
Messages: 2 221
Genre: Homme
Age: 45
Localisation: chambly (oise)
Année de culture bonsaï:
USDA: 8a

MessagePosté le: 23/06/2007 08:59:48    Sujet du message: Le marcottage Répondre en citant

Le marcottage : de nouveaux plants à partir de rameaux enterrés
Méthode de base du marcottage
Cette méthode ne nécessite ni serre ni châssis. Elle est fondée sur le fait qu'une tige entaillée, égratignée ou cassée émet des racines à partir de la blessure, si celle-ci est en contact avec le sol.La branche doit être non fleurie et de l'année, donc tendre et jeune. Pour commencer, bêcher le sol autour de l'arbuste utilisé comme plante mère. Choisir une tige flexible et l'abaisser jusqu'à ce qu'elle touche le sol par un point situé à environ 25 cm de son extrémité. Éliminer les feuilles se trouvant à cet endroit. Sur la partie inférieure, faire une entaille peu profonde en dirigeant le couteau vers l'extrémité ; ou bien tordre la tige afin de blesser légèrement les tissus. Pour des espèces s'enracinant facilement, cette opération n'est pas nécessaire. Sous la blessure, creuser un trou de 8 à 10 cm de profondeur et le remplir à moitié de compost de semis ou d'un mélange à volume égal de tourbe et de sable. Abaisser délicatement la tige dans le trou et la couder de manière qu'elle fasse un angle droit à l'endroit de la blessure. Maintenir la branche au sol à l'aide d'un crochet de fil de fer galvanisé long de 15 à 20 cm tuteuré ensuite l'extrémité. Remplir le trou de compost. Enfin, arroser copieusement. Répéter l'opération sur d'autres branches. La plupart des rameaux seront enracinés un an plus tard. Vérifier la présence de racines en grattant délicatement le sol. Si celles-ci sont bien établies, sevrer le nouveau sujet de la plante mère, le dégager en prenant soin de lui laisser une bonne motte de terre et le mettre en place. Si les racines ne sont pas très développées mais que la marcotte soit saine, replacer la terre et laisser s'écouler quelques mois avant une nouvelle inspection.

Marcottage en serpenteau (ou marcottage chinois)
Cette méthode pratique convient pour les arbustes grimpants (ou sarmenteux) dont les tiges sont longues et flexibles, comme le chèvrefeuille, la glycine et le jasmin. Elle est effectuée à la même époque que le marcottage par couchage, et sur des pousses retombantes de l'année.
Abaisser délicatement une tige et creuser un trou profond de 5 cm à l'endroit où elle touche le sol. Faire une incision sur la partie inférieure de la tige comme il est décrit à la page précédente.Maintenir la pousse dans le trou à l'aide d'un crochet. Remplir le trou avec un compost de semis ou un mélange de tourbe et de sable. Recouvrir avec de la terre, puis tasser. Laisser les deux paires de feuilles suivantes à l'air libre. et répéter l'opération sur toute la longueur de la tige.Un an plus tard, les marcottes auront pris racine. Gratter alors la terre qui entoure chaque portion de marcotte, et si celles-ci sont enracinées, les sevrer les unes des autres. Si les racines ne sont pas suffisamment développées, enterrer à nouveau toute la marcotte et attendre quelques mois avant une nouvelle inspection. Lorsqu'elles auront pris racine, elles seront mises en pleine terre. La transplantation peut être facilitée si, au lieu de maintenir les pousses dans les trous, on les maintient, à l'aide de crochets, dans des pots de tourbe, qui sont eux-mêmes enterrés. Lorsque les boutures seront enracinées, elles pourront être transplantées sans difficulté.

Marcottage aérien pour les tiges rigides ou trop élevées
Cette opération sera pratiquée, entre mai et juillet, lorsque les tiges sont trop élevées ou trop rigides pour être abaissées jusqu'au sol. Choisir une pousse de l'année et retirer les feuilles situées au milieu. Faire une entaille peu profonde et dans laquelle on introduit de la poudre à base d'hormones d'enracinement. Entourer la blessure d'un manchon de matière plastique dont le bas sera attaché avec de la ficelle. Remplir le manchon d'un mélange à parts égales de tourbe humide, de sable grossier et de sphagnum. Attacher le haut. Environ 10 semaines plus tard, ôter le manchon, vérifier l'enracinement et sevrer la nouvelle plante en coupant au-dessous des racines. La mettre dans un pot. Pendant 2 semaines, garder l'arbuste sous châssis fermé, et maintenir l'humidité du compost. Puis l'endurcir en ouvrant progressivement le châssis pendant la journée, jusqu'à une ouverture totale. Mettre en place au printemps suivant.
________________
deshojo
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

 Inscrit le: 03 Mar 2007
Messages: 2 110
Genre: Homme
Age: 28
Localisation: aix en pce
Année de culture bonsaï:

MessagePosté le: 23/06/2007 10:07:26    Sujet du message: Le marcottage Répondre en citant

tres bon article par contre ma facon de marcotter et legerement differente j'enleve la bande d'ecorce avec une rape ces une technique que j'ai apris en espagne la difference bien je sais pas
________________
Pour les débutant le guide espace bonsaï
http://photobonsai.free.fr/espacebonsai/GEB01_premiers_pas.pdf
Visiter le site web du posteur
dan6013
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

 Inscrit le: 18 Mar 2007
Messages: 2 221
Genre: Homme
Age: 45
Localisation: chambly (oise)
Année de culture bonsaï:
USDA: 8a

MessagePosté le: 08/10/2007 12:04:39    Sujet du message: Le marcottage Répondre en citant

La marcotte en cépée. Elle s'obtient en rasant un pied‑mère à quelques centimètres du sol et en le buttant. Au niveau de la coupe, se forment de nombreux rameaux qui s'enracinent dans la butte. C'est un procédé très employé en grande pépinière pour obtenir des porte‑greffes (cognassier, paradis, doucin, saint‑julien, châtaignier...), reproduire le noisetier et surtout les forestiers feuillus (les conifères y sont rebelles).
________________
visagepall
Membre Permanent
Membre Permanent

Hors ligne

 Inscrit le: 08 Sep 2006
Messages: 207
Genre: Homme
Age: 26
Localisation: St Nazaire
USDA: 9b

MessagePosté le: 27/10/2007 12:17:31    Sujet du message: Le marcottage Répondre en citant

MARCOTTAGE
Technique qui consiste à créer des racines à un endroit précis d'un végétal afin de diviser ou multiplier
celui ci tout en restant sur le pied mère lorsque les racines ont poussées
(ce qui peux prendre de quelques mois à plusieurs années)
Il existe différents types de marcottes
  • la marcotte de base (branche enterrée):Cette méthode ne nécessite ni serre ni châssis. Elle est fondée sur le fait qu'une tige entaillée, égratignée ou cassée émet des racines à partir de la blessure, si celle-ci est en contact avec le sol.La branche doit être non fleurie et de l'année, donc tendre et jeune. Pour commencer, bêcher le sol autour de l'arbuste utilisé comme plante mère. Choisir une tige flexible et l'abaisser jusqu'à ce qu'elle touche le sol par un point situé à environ 25 cm de son extrémité. Éliminer les feuilles se trouvant à cet endroit. Sur la partie inférieure, faire une entaille peu profonde en dirigeant le couteau vers l'extrémité ; ou bien tordre la tige afin de blesser légèrement les tissus. Pour des espèces s'enracinant facilement, cette opération n'est pas nécessaire. Sous la blessure, creuser un trou de 8 à 10 cm de profondeur et le remplir à moitié de compost de semis ou d'un mélange à volume égal de tourbe et de sable. Abaisser délicatement la tige dans le trou et la couder de manière qu'elle fasse un angle droit à l'endroit de la blessure. Maintenir la branche au sol à l'aide d'un crochet de fil de fer galvanisé long de 15 à 20 cm tuteuré ensuite l'extrémité. Remplir le trou de compost. Enfin, arroser copieusement. Répéter l'opération sur d'autres branches. La plupart des rameaux seront enracinés un an plus tard. Vérifier la présence de racines en grattant délicatement le sol. Si celles-ci sont bien établies, sevrer le nouveau sujet de la plante mère, le dégager en prenant soin de lui laisser une bonne motte de terre et le mettre en place. Si les racines ne sont pas très développées mais que la marcotte soit saine, replacer la terre et laisser s'écouler quelques mois avant une nouvelle inspection.
  • la marcotte en serpent ou marcottage chinois (branche enterrée a différent endroits):Cette méthode pratique convient pour les arbustes grimpants (ou sarmenteux) dont les tiges sont longues et flexibles, comme le chèvrefeuille, la glycine et le jasmin. Elle est effectuée à la même époque que le marcottage par couchage, et sur des pousses retombantes de l'année.[Abaisser délicatement une tige et creuser un trou profond de 5 cm à l'endroit où elle touche le sol. Faire une incision sur la partie inférieure de la tige comme il est décrit à la page précédente.Maintenir la pousse dans le trou à l'aide d'un crochet. Remplir le trou avec un compost de semis ou un mélange de tourbe et de sable. Recouvrir avec de la terre, puis tasser. Laisser les deux paires de feuilles suivantes à l'air libre. et répéter l'opération sur toute la longueur de la tige.Un an plus tard, les marcottes auront pris racine. Gratter alors la terre qui entoure chaque portion de marcotte, et si celles-ci sont enracinées, les sevrer les unes des autres. Si les racines ne sont pas suffisamment développées, enterrer à nouveau toute la marcotte et attendre quelques mois avant une nouvelle inspection. Lorsqu'elles auront pris racine, elles seront mises en pleine terre. La transplantation peut être facilitée si, au lieu de maintenir les pousses dans les trous, on les maintient, à l'aide de crochets, dans des pots de tourbe, qui sont eux-mêmes enterrés. Lorsque les boutures seront enracinées, elles pourront être transplantées sans difficulté.
  • la marcotte en cépée (enterrer la plante entière ex:bruyère):Elle s'obtient en rasant un pied‑mère à quelques centimètres du sol et en le buttant. Au niveau de la coupe, se forment de nombreux rameaux qui s'enracinent dans la butte. C'est un procédé très employé en grande pépinière pour obtenir des porte‑greffes (cognassier, paradis, doucin, saint‑julien, châtaignier...), reproduire le noisetier et surtout les forestiers feuillus (les conifères y sont rebelles).
  • la marcotte aérienne (tronc ou branche):Cette opération sera pratiquée, entre mai et juillet, lorsque les tiges sont trop élevées ou trop rigides pour être abaissées jusqu'au sol. Choisir une pousse de l'année et retirer les feuilles situées au milieu. Faire une entaille peu profonde et dans laquelle on introduit de la poudre à base d'hormones d'enracinement. Entourer la blessure d'un manchon de matière plastique dont le bas sera attaché avec de la ficelle. Remplir le manchon d'un mélange à parts égales de tourbe humide, de sable grossier et de sphagnum. Attacher le haut. Environ 10 semaines plus tard, ôter le manchon, vérifier l'enracinement et sevrer la nouvelle plante en coupant au-dessous des racines. La mettre dans un pot. Pendant 2 semaines, garder l'arbuste sous châssis fermé, et maintenir l'humidité du compost. Puis l'endurcir en ouvrant progressivement le châssis pendant la journée, jusqu'à une ouverture totale. Mettre en place au printemps suivant.
C'est cette dernière qui nous intéresse en bonsaï
afin d’améliorer un nébari ou un tronc trop long ou bien récupérer une branche d un arbre qui possède un bon potentiel
Méthode de marcottage
Tout d'abord il faut préparer le matériel
  • Un couteau désinfecté
  • Du fil de ligature
  • De l'hormone de bouturage
  • Un sac plastique
  • Du substrat drainant mais qui garde l'humidité
Ici c'est de l'akadama,terre de bruyère et sphaigne
Première chose, choisir l'endroit de la marcotte
Ensuite il faut inciser le cambium
Après cela il faut poser la ligature assez serrée afin de bloquer la sève descendante
Mettre de l'hormone de bouturrage afin d'aider l'arbre à faire racines
Poser le sac plastique tenu par du fil de ligature
Le remplir avec le substrat
Refermer le sac après avoir arrosé le substrat
Et voila la marcotte est terminée après avoir recouvert le sac d'unpot noir car les racines n'aiment pas la lumière
Les racines devraient pousser et la séparation du plan mère devrait être faite à l'automne ou plus tard
tout dépend du pain racinaire
Jo
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

 Inscrit le: 20 Sep 2007
Messages: 3 088
Genre: Femme
Age: 0
Localisation: Dans la ville des hiboux, Hauts de Seine.
USDA: 8a

MessagePosté le: 13/11/2007 11:59:51    Sujet du message: Le marcottage Répondre en citant

Question (peut-être idiote) : pourquoi faut-il poser une ligature serrée pour bloquer la sève descendante ?

Si je pose cette question c'est que je voudrais tenter de marcotter une azalée au printemps prochain (si elle survit car elle a beaucoup de feuilles jaunes Neutral ) et donc je me renseigne au mieux et au plus avant de faire le grand saut.
________________
"Plus ça rate, plus on a de chances que ça marche"
Les Shadoks

Comment mettre une photo sur le forum...
deshojo
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

 Inscrit le: 03 Mar 2007
Messages: 2 110
Genre: Homme
Age: 28
Localisation: aix en pce
Année de culture bonsaï:

MessagePosté le: 13/11/2007 13:31:43    Sujet du message: Le marcottage Répondre en citant

parce que vue que la seve ne monte guerre et ne descend plus la meilleure solution et de creer des nouvelles racines (inteligente ces petites plantes)
________________
Pour les débutant le guide espace bonsaï
http://photobonsai.free.fr/espacebonsai/GEB01_premiers_pas.pdf
Visiter le site web du posteur
pscal1
Super Membre
Super Membre

Hors ligne

 Inscrit le: 08 Oct 2006
Messages: 1 371
Genre: Homme
Age: 47
Localisation: MAROC(CASABLANCA)
Année de culture bonsaï:
USDA: 10a

MessagePosté le: 13/11/2007 19:14:08    Sujet du message: Le marcottage Répondre en citant

pour tes feuilles jaunes sur ton azalée
ce n'est pas grave dès l'instant ou le bout et le bouton floral reste vert
elle fait son automne
________________
C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas
VICTOR HUGO
dmbonsai
Membre
Membre

Hors ligne

 Inscrit le: 10 Nov 2007
Messages: 21
Genre: Homme
Age: 45

MessagePosté le: 22/11/2007 20:46:31    Sujet du message: Le marcottage Répondre en citant

juste un petit conseil
a l'endroit ou tu a dessine les racines il faut que la coupe soit le plus net possible
(et sur la photo c'est pas le cas) ceci est tres important sinon les racines ne sortiront pas mais la pourriture oui
perso j'utilise un scalpel pour reprendre la coupe et plus elle est nette plus cela marche
________________
Vaut mieux des aiguilles longues sur un pin vivant, que des aiguilles courtes sur un pin mort
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé



 


MessagePosté le: 18/11/2017 00:04:34    Sujet du message: Le marcottage

Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

 • Vous êtes ici »  Espace Bonsaï Index du Forum » Espace-Bonsaï » Les articles du forum » Articles des membres Page 1 sur 1

Panneau de control modérateur



Sauter vers: