Se connecter à votre compte


Nom d’utilisateur:
      Mot de passe:

Se connecter automatiquement à chaque visite:


J’ai oublié mon mot de passe

Créer un compte


Vous n'avez pas de compte !?
En suivant ce lien vous pouvez le créer
en quelques minutes,
vous aurez un accès total au forum et vous pourrez
commencer à poster dans les différents sujets.


S'enregistrer
Le haubanage (auteur alaintuition)

 • Vous êtes ici »  Espace Bonsaï Index du Forum » Espace-Bonsaï » Les articles du forum » Formation Page 1 sur 1

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Auteur Message
deshojo
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

 Inscrit le: 03 Mar 2007
Messages: 2 110
Genre: Homme
Age: 28
Localisation: aix en pce
Année de culture bonsaï:

MessagePosté le: 19/12/2007 14:26:33    Sujet du message: Le haubanage (auteur alaintuition) Répondre en citant

LE HAUBANAGE



En quoi consiste le haubanage?

Le haubanage, comme son nom l’indique consiste à placer des haubans (fils tendeurs), afin de ramener une branche dans une position souhaitée. Cette technique permet d’exercer une traction sur une branche déjà relativement rigide ou facilement cassante, d’une manière douce et progressive. Elle est très utilisée sur les feuillus délicats comme les érables par exemple.

Avantages et inconvénients du haubanage en comparaison à la pose de ligatures.

Les avantages


1. Sa mise en place ne nécessite pas autant de pratique que le ligaturage. Le bon sens et un peu de doigté permettront de réaliser relativement facilement un travail propre et efficace. Alors que la pose de ligature demande de la pratique et des mètres et des mètres de fil posés avant d’obtenir un résultat satisfaisant.
2. La pause de haubans est moins traumatisante pour la plante que la pause de ligatures.
Les branches sont beaucoup moins manipulées, ce qui limite les risques de casses de la branche, élimine celui de blesser l’écorce lors de la pose haubans (ci les conseils de poses sont respectés comme indiqués ci dessous), ainsi que d’endommager des bourgeons naissants.
La tension sur la branche à haubaner se fait progressivement, et peut être effectuée en plusieurs étapes si cela se révèle nécessaire.
3. Le haubanage peut se faire tout au long de l’année, ce qui n’est pas le cas pour la pose des ligatures.
Dans le cas de la ligature, et surtout au printemps et en début d’été il est primordial de contrôler l’état d’incrustation du fil dans le bois, sans quoi on risque de se retrouver avec des cicatrices qui si elles disparaissent mettront longtemps avant de s’estomper définitivement.
4. Les haubans peuvent rester en place une année voir plus sans aucun risque d’incrustation.
5. Sur des branches d’un certain diamètre et suivant leur position il sera peut être plus intéressant, à l’aide de tendeur si nécessaire, d’utiliser des haubans plutôt que la pose de fils de cuivre qui suivant le cas ne seront peut être pas assez efficaces.


Les inconvénients

1. Du fait que les haubans agissent d’une manière beaucoup plus « douce » que les ligatures, il faudra plus de temps pour qu’une branche ait atteint la position définitive souhaitée qu’en la ligaturant.
2. D’un aspect esthétique une ligature bien faite sera beaucoup plus discrète qu’un hauban même fait d’une main de maître.
3. La pause d’un hauban ne permet de travailler la branche que dans une seule direction. La plupart du temps on se sert d’un hauban pour abaisser une branche qui est difficilement abaissable par la pose d’un fil à ligaturer.
En opposition la pause de ligature permet de travailler la même branche dans plusieurs plans.


Matériel nécessaire à la mise en place de haubans.


- Du fil de cuivre recuit de différents diamètres en fonction des branches à haubaner.
- Un morceau de caoutchouc découpé dans une vieille chambre à air peut être utile pour venir s’intercaler entre le fil de cuivre et l’écorce de la branche à haubaner pour éviter tout risque de marquage lors de la mise sous tension du fil.
- Un clou ou un morceau de fil de fer rigide servira à torsader le fil de cuivre afin d’exercer une traction sur la branche.
- Si l’utilisation du cuivre en rebute certains il est également possible de réaliser les haubans avec de la fine cordelette ou du fil en nylon type fil de pêche qui est encore plus discret.
- Suivant le type de haubanage choisi il sera nécessaire d’avoir des lests de différents poids, pour cette solution on pourra prendre des plombs type olive utilisés par les pêcheurs pour lester leur ligne. Dans d’autres cas on pourra également se servir d’une baguette en bambou et de raphia.


Comment poser un hauban ?

Il existe plusieurs manières d’opérer. Suivant la branche que l’on désire abaisser, le point d’encrage choisi, la souplesse de l’essence travaillée, et le matériel sélectionné pour la pose des haubans. Les méthodes que je vais tenter de vous expliquer sont à la fois le fruit de ma toute petite expérience et de mes recherches diverses.

N’ayant pas une panoplie de photos traitant du sujet j’ai essayé du mieux que possible, en fonction du peu de talent de dessinateur qui m’a été donné, d’illustrer mes explications par des croquis.

Les règles de base

Dans un premier temps il sera nécessaire de trouver un point d’encrage du fil, puis de déterminer le plus judicieusement possible l’endroit où le fil sera posé sur la branche. Le deuxième point a une importance capitale, car le résultat final en dépend.

Le bon endroit (on peut le déterminer facilement en déplaçant délicatement son doigt sur la branche et exerçant une légère pression dans le sens où l’on souhaite orienter la branche) donnera à la branche un aspect final tout à fait naturel.
Si le point d’application sur la branche est trop éloigné du tronc, la branche prendra vite une forme arquée qui lui enlèvera très vite tout aspect naturel. Par contre si l’on souhaite travailler des arbres en forme « pleureur » comme par exemple les saules, cette technique peut se révéler fort efficace.
Si le point d’application est en revanche trop prés du tronc, et là je n’invente rien c’est les lois de la physique qui parlent, la force à exercer sur la branche sera importante avec le risque de casser la branche ou de la marquer inutilement.

Il est clair que la branche choisie pour être travaillée ainsi ne doit pas être fragile sans quoi l’opération est vouée à l’échec avant même de commencer.


Exemple de pose avec du fil de cuivre recuit.

On peut choisir de venir poser une extrémité du hauban directement du tronc en prenant soin de le protéger par un morceau de caoutchouc



Ou encore de se servir d’une branche travaillée en bois mort (jin)



On peut également venir se fixer sur un fil de ligature destiné à une autre branche.





Vous remarquerez le petit morceau de caoutchouc blanc qui sert de protection lors de la mise sous tension du fil.

Si pour une raison ou pour une autre on ne peut pas venir fixer le hauban sur une partie de l’arbre on peut se servir du pot pour y parvenir

Si le pot le permet de la manière suivante par exemple




Ou encore de cette manière si le pot est surélevé par des pieds.




Une fois cette étape effectuée passez le fil par-dessus la branche à l’endroit souhaité puis fermer la boucle ainsi obtenue en torsadant ensemble les deux extrémités du fil à l’aide d’un clou ou d’un fil rigide procédez à la mise sous tension du fil (comme indiqué sur le dessin ci dessous) jusqu’à ce que la branche soit dans la position souhaitée.





Avec une cordelette ou du fil nylon.

Ce qui change avec cette méthode c’est que l’on ne peut pas reprendre la tension du hauban une fois en place, si l’on désire abaisser la branche d’avantage il faudra mettre un nouveau hauban plus tendu que le précédent.

Autre mise en œuvre avec ces derniers

Pour travailler des branches afin de donner l’aspect d’un arbre pleureur, on pourra lester l’extrémité des branches par des poids jusqu’à ce que la courbure de la branche soit obtenue. Il faudra attendre un certain temps pour être sur que la branche ne reprenne pas sa position initiale après retrait du hauban.





Avec une baguette en bambou par exemple

Une baguette judicieusement placée, liée avec du raphia servira de charpente a la mise en forme de l’arbre.






Une méthode de mise en place des branches, qui peut se substituer au haubanage est la mise en place de crochets. Cette méthode permet sans autre matériel qu’un morceau de cuivre recuit, de rectifier la position d’une branche par rapport à une autre





Conclusion

Plus douce que la pose de ligatures, à la portée des débutants, le haubanage se révèle être un redoutable moyen pour la formation de branches difficilement pliables par d’autres procédés.

Ps
L'equipe remercie et encourage la rédaction des membres. Merci alaintuition et boumbo
________________
Pour les débutant le guide espace bonsaï
http://photobonsai.free.fr/espacebonsai/GEB01_premiers_pas.pdf
Visiter le site web du posteur
Publicité



 


MessagePosté le: 19/12/2007 14:26:33    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

 • Vous êtes ici »  Espace Bonsaï Index du Forum » Espace-Bonsaï » Les articles du forum » Formation Page 1 sur 1

Panneau de control modérateur



Sauter vers: