Se connecter à votre compte


Nom d’utilisateur:
      Mot de passe:

Se connecter automatiquement à chaque visite:


J’ai oublié mon mot de passe

Créer un compte


Vous n'avez pas de compte !?
En suivant ce lien vous pouvez le créer
en quelques minutes,
vous aurez un accès total au forum et vous pourrez
commencer à poster dans les différents sujets.


S'enregistrer
Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich

 • Vous êtes ici »  Espace Bonsaï Index du Forum » Forum Culture & Formation » Obtention » Yamadori Page 1 sur 2

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet Aller à la page: 1, 2  >

Auteur Message
kalima ich
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

 Inscrit le: 22 Jan 2013
Messages: 5 205
Genre: Homme
Age: 38
Localisation: Charente -Maritime
Année de culture bonsaï:
USDA: 8b

MessagePosté le: 06/07/2014 12:39:36    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

Petits prélévements de plaine ou Araki
Etude et retour d'expérience personnelle.


Cédric G.


Je n'écrirais dans ce document que des choses que j'ai faites et réalisées dans mon petit coin de "nature" qu'était la région que j'habite.
Je ne traite ici que des espèces "faciles à prélever", donc en majorité des feuillus.



Qu'est ce que le yamadori?

Il y a différentes façon de concevoir le bonsaï, faire du bonsaï c'est pouvoir s'émouvoir d'une branche, d'un mouvement, d'un vide.
La nature sait faire ça mieux que nous. Nous, apprentis bonsaïka, recherchons sa créativité.
La meilleure des façons de faire du bonsaï reste et restera de la graine vers le bonsaï, mais ceci nécessite la vue à très long terme, à "n+10, voire n+15"...
Prélever un arbre, semble pour nombre d'entre nous, une solution de facilité, en effet le tronc est déjà épais, l'écorce belle et ridée et parfois (souvent ) le port général nous fait déjà penser au bel arbre de l'expo..., Mais il n'en est rien, nous allons passer plus de temps à combattre les défauts "naturels" peu ou pas acceptables dans notre discipline. Sans compter le plus difficile : La reprise.

Aspect "administratif" du prélèvement.

Il est strictement interdit de prélever graines, plantes, arbres, bois mort ou même cailloux sans autorisations (j'ajouterais écrite) de l'ayant droit.
Nous pouvons facilement trouver le propriétaire d'une parcelle par le biais de la mairie, du cadastre ou tout autre personne du terroir qui vous donnera un nom...
Ensuite, rencontrer le propriétaire, lui exposer votre requête et votre projet n'est pas toujours le plus simple.
Certaines espèces seront plus faciles à faire accepter (les invasives ou gênantes, tel prunus spinosa ou crataegus) que des espèces plus nobles ou ayant un aspect financier à plus ou moins long terme (quercus, alisier...). Il faut en général faire comprendre que vous travaillerez proprement (merci de ne pas laisser des cratères immondes...) et en général, c'est un oui..

Aspect technique du prélèvement

Dans la mesure du possible, il est (ou serait) bon de visiter votre prélèvement plusieurs fois au cours de l'année , durant les quatre saisons, voire même sur plusieurs années, de cette façon vous pouvez vérifier la vigueur de votre arbre, pour les caducs le voir sans feuilles permet également de se projeter un peu plus loin.
Comme noté plus haut, nous sommes souvent attiré par le port ( la silhouette ) mais bien souvent ce n'est qu'un leurre.
Nombres de ces branches seront mal placées et retirées lors du prélèvement car superflues pour le projet , ou simplement sécheront durant la phase de reprise.
La "seule" chose que nous devrions regarder, c'est la base, notre futur nébari car c'est une des rares choses (sur des prélèvements ) que nous aurons du mal à (re-)faire, les branches et le port se font, avec le temps, plus facilement...

Donc, reprenons : Vous repérez un arbre qui vous paraît sympathique, disons au printemps, vous repassez en hiver pour constater que les branches sont ce qu'elles sont ...Il peut être très intéressant de couper ce qui devra l'être ( ce qui signifie aussi que vous savez vers quoi vous souhaiterez aller, donc une connaissances des différents styles...) un éventuel bon cernage à l'aide du louchet (passage à la verticale du louchet, une pelle bêche à fer plus long, afin de vérifier la présence de racines latérales, les couper afin de provoquer la repousse de plus fines).
Un passage au démarrage de la végétation, pour vérifier la vigueur de l'arbre, puis au printemps suivant sortie de l'arbre.
Il m'est arrivé de constater que dans certains cas, la reprise la première année n'est pas forcément celle que l'on espérait... C'est souvent la seconde année que le végétal nous montre ce qu'il "a dans le ventre".

Quand prélever et pourquoi ?

Hormis les prélèvement dit d'urgences, il faut connaitre un minimun le cycle du végétal et comprendre qu'un arbre ( feuillus ou conifère) met en réserve durant l'automne donc il faudra attendre de toute façon la chute des feuilles et quelques semaines de plus.
Sortir un arbre en début de repos végétatif (octobre jusqu'à janvier) nécessite de pouvoir lui faire passer les mois qui le sépare du réveil dans des conditions (encore plus) protégées.

Loin des suggestions, voici ce que j'ai étais amené à faire et qui marche plutôt bien.
Prélever en fin d'octobre, mis en terre de jardin durant l'hiver, dans une terre qui ne sera pas gorgée d'eau durant cette saison, sans trop toucher aux racines (hormis les racines cassés lors de la sortie), et tailles longues des branches (tailles longues signifie que les branches taillés à cette période peuvent subir des retraits de sève, donc on raccourcit en laissant 2-3 bourgeons, minimum, au dessus de la taille souhaitée...).
Au printemps, lorsque les bourgeons sont sur le point de gonfler et d'éclater, sortie de terre et reprise des tailles des racines. A titre personnel, je conseille de ne pas nettoyer les racines la premières année ! Simplement car seul nous importe, dans un premier temps, la reprise de l'arbre et les mycorhizes (bactéries symbiotiques) sont pour la plupart présentent autour de la coiffe de la racine et des racines donc, à mes yeux, il est bon de les conserver , dans un premiers temps...
On reprend les coupes de la partie aérienne en laissant un léger chico (petite partie de bois qui va sécher, qui lorsque l'arbre aura repris toute sa force (constatée) courant juillet-aout, nous reprendrons à la concave ou aux ciseaux, pour les parties les plus fines.

Habillages racinaires et aériens . Equilibre des forces ?

Un arbre emmagasine ses forces et réserves dans ses racines.
Si on veut une reprise "assurée", on privilégie le racinaire et on ne garde qu'un tire sève, donc plein de racines et peu de branches, dans le pire des cas, une seule branche.
Le plus important étant la reprise, on peut (on doit ?) garder des racines qui, durant les premières années assurent la reprise, et seront supprimer lors du premier rempotage à la faveur des mieux placées.
On vise la reprise, pas le pot d'expo!

Pot de culture ? Tranchée drainante ? Soins post -Prélèvement.

Sortir un arbre, n'est, en soit, pas trop compliqué. Avec un minimum d'outils, qui sont le louchet ou bien une pelle bêche bien affutée, éventuellement une barre à mine, voire une pioche, ainsi qu'un sécateur force pour les parties aériennes et/ou souterraines récalcitrantes ou trop longues... A l'occasion une scie, pour les parties les plus épaisses...
On enfonce l'outil à la verticale afin de former une motte "transportable", attention, la terre c'est lourd !
Cette motte sera maintenue humide grâce à du papier journal imbibe d'eau, ou tout autre subterfuge, le tout ficelé ou bien, encore une fois, maintenue serrée puis mis en poche, genre sac poubelle noir.
La vitesse avec laquelle on travaille et celle qui sépare l'arbre de son retour dans un contenant est aussi primordiale. Même si j'ai, par le passé, sorti des arbres dans des conditions très limites et qu'ils aient du attendre 3 jours en poche et que la reprise eu été de 75%, 1/3, reste pour moi une très bonne surprise... Picea du Doubs, prélevé la veille chez mon frère puis retour par voiture, et travail le lendemain. Ce n'est pas toujours le cas. Pour un prélèvement en racines nues, un maximum de 4 heures... rapide, quoi.

Ce sont les soins de suivi les plus importants, un arbre prélevé doit être considéré comme un grand malade pas encore en convalescence. Suivant les coupes que vous avez fait au niveau racinaire, on pourra mettre l'arbre en pot de culture, tranchée drainante ou en pleine terre, suivant la qualité de votre terre.
Un arbre dont vous avez sorti un très bon racinaire, extrêmement développé, sans grosses coupes et rabattu correctement au niveau aérien peut très bien se faire une santé durant 2-3 ans en pleine terre. Dans ce cas, on ne pratiquera qu'une seule taille par an, au début du printemps, en considérant cela comme une taille de structure et ceci à partir de la seconde année de culture.
Quand les coupes ont été sévères, indépendamment de l'espèce, un substrat drainant, voire ultra drainant,s'impose, type kiriu ou dans mon cas du simple gravier de route, de toutes granulométrie, même s'il m'arrive toujours d'utiliser du gravier de route, je privilégie maintenant la pumice ou "ma" chamotte .
Même si drainant, il faut garder une dose d'humidité . La caisse de bois remplie de drainant est une très bonne chose, avec un arrosage quotidien. Suivant les espèces on pourra apporter un rétenteur d'eau type écorce de pins composté et/ou tourbe blonde en petite proportion et plus en partie supérieure de la motte plutôt qu'au fond (conserve une atmosphère humide plutôt qu'une humidité dans la motte.

D'une manière générale, un substrat drainant garantira une bonne reprise. Une mise en pleine terre est bien souvent synonyme de mort, cela dépend encore une fois de la qualité de votre terrain...

Autre facteur gênant : Le vent. Nos arbres seront attachés et/ou mis à l'abri, car le vent est l'ennemi de la pousse des radicelles .
Si vous avez la place et une peur de ne pas gérer l'humidité, une solution, un compromis, peut être trouvé par le biais de la tranchée drainante, c'est à dire une tranchée de 40 cm de de profondeur (minimum, et en fonction également des mottes sorties ) dans laquelle on viendra déposer un géotextile ou bien une bâche plastique percée en son point le plus bas afin de ne pas garder l'eau d'arrosage. On remplie ensuite avec du drainant type pouzzolane, pumice, graviers... On y met les arbres prélevés et je conseille un paillage sur l'ensemble type BRF (bois déchiqueté ) ou paille. Le BRF restant à mes yeux le plus efficace et il peut aussi apporter son lot de mycorizes.
Sachant que les conditions de reprises sont aussi en fonction de la chaleur et de l'humidité (serre) mais pas forcément du soleil, qui brule, on prendra soin pour la reprise, d'ombrer la serre ou passage au blanc d'Espagne.
L'installation type jardin d'hiver, bâtiment "fermé" avec une façade exposée plein sud, et un sol type terre battue est aussi un bon compromis pour une bonne reprise car on y retrouve la chaleur, l'humidité et en y ménageant un léger courant d'air, afin d'éviter les maladies, type oïdium, développement d'agents pathogènes et pas de soleil direct sur les feuilles ...
Dans de bonnes conditions on ne sortira les arbres que mi-août, puis on les laissera à l'ombre, puis plein soleil au "soleil d'automne" et hivernage durant la mauvaise saison. Mise au soleil de façon progressive l'année suivante.

Apport de nourriture, engrais et /ou amendement ?

A la reprise visible de votre arbre, il pourra être apporté un engrais organique en petite quantité, de façon solide, car la décomposition et donc l'apport se fera plus lentement, presque à la demande de votre arbre. Cet apport léger sera maintenu toute l'année si ultra drainant, avec une diminution notoire durant les mois chauds . Ce qui ne signifie pas d’arrêter l'apport... L'apport de granulés se fait lorsque la petite quantité que vous avez apporté c'est complétement dissout, le mieux est encore d'attendre une semaine après ce constat.
Personnellement, il m'arrive, durant la période de reprise, car elle correspond aussi à ma période de rempotage et donc de bouturage de racines, de mettre le surplus d'hormones de bouturage dans mon eau d'arrosage. Je ne sais pas si cette action est profitable ou pas.
Toujours suivant les espèces et suivant la vigueur de celles-ci, on peut au cours de la saison, procéder à un amendement sur le sol de votre pot de culture avec une pellicule de compost, celle-ci servant à maintenir l'humidité et l'apport d'éléments nutritifs, bien sur votre compost sera et devra être très mur, plus de deux ans de compostage. (pellicule signifiant 1 à 2 mm d'épaisseur, cette méthode peut faire beaucoup de bien comme faire son contraire, puisque le substrat se colmatera plus rapidement, mais le but étant la bonne reprise de votre arbre et sa santé ... ). Mais aussi tuer en un temps records votre arbre si votre compost est trop jeune. Ce n'est pas un exercice facile, et je ne le conseille pas. Il m'est arrivé de me tromper de compost et de tuer certains arbres...
La première année, on peut apporter que de l'organique mais on pourra vite constater l'apparition de carences. La seconde année de culture, on alternera solide et liquide, pour une phase de culture plus soutenue.
En terme d'apport d'engrais, organique comme chimique, il faut comprendre qu'il vaut mieux apporter moins (en quantité) mais plus souvent. Pour éviter de bruler un arbre, on commence toujours par l'arroser une première fois puis apporter l'engrais ensuite.

Les espèces.

Les espèces que j'ai testé et que je conseille à tous les débutants comme moi, simples à prélever et d'une reprise facile sont :

Feuillus
- Le frêne, fraxinus excelsior.
Un substrat même "pourri", type terre de jardin lui convient ! Je conseilles quand même une bonne part de pumice. Il est peu regardant sur l'époque de prélèvement. Ce n'est certes pas le roi des expo, mais se travaille en mame comme en grand.
- L'aubépine, crataegus monogyna.
Un substrat type 95 voire 100 % drainant puis le plein soleil avec un arrosage matinal quotidien fera de lui une de vos espèces de prédilections.
-Le charme, carpinus betulus.
Peu regardant sur le substrat également, 50% drainant avec une part d'akadama ou même terre de jardin, seule l'exposition mi ombre lui importe...
-Le pommier, malus x
Arbre robuste s'il en est un ! Substrat, peu importe. Exposition, peu importe...
-L'orme champêtre, Ulmus campestris.
Je travailles cette espèce depuis quelques années, mais constate une reprise très facile, un rebourgeonnement assez étonnant, mes sujets sont dans du 80% drainant.

Citons aussi pour mémoire le prunus, salix, alnus glutinosa, qui se comporte bien, il faut une exposition ombragée à l'aulne et une certaine dose de rétenteur, idem pour les salix ainsi qu'une humidité constante alors que les prunus apprécieront le soleil... Mais leurs vies de "bonsaï" (salix ) n'est guère longue... Pour commencer et se rassurer sur sa capacité à prélever et à gérer une éventuelle reprise.

Persistant
-Le buis, buxus sempervirens
Attention, certains buis, suivant leurs provenances réagissent différemment. Exemple : Les buis originaires de Charente, reprennent sur le vieux bois, bourgeonnent facilement en arrière, ce qui n'est pas toujours le cas (exemple : ceux qui viennent des Pyrénéens... dixit mon copain Jacques...).
Substrat 60 à 70 % drainant.
Au rayon des conifères ( à sortir en début de printemps, les conifères aiment les sols chauds.)
-L'if, taxus baccata.
Je teste cette espèce depuis 2011, mais le prélèvement et la reprise m'ont très agréablement surpris. Probablement le conifère qui se rapproche le plus de la façon de travailler des feuillus... "Facile" donc, à voir sur le long terme. Substrat 50 à 70 % de drainant.
Je teste aussi le junipérus avec la technique lu dans un vieux France Bonsaï, avec je dois le dire une très bonne proportion de réussite, proche du 80 % ...
C'est à dire jardin d'hiver, substrat ultra drainant, charbon de bois et lui laisser le temps.

Où trouver vos prélèvements ?

Les lieux les plus propices sont les près sur-pâturés, où les animaux ont broutés les arbres vu qu'ils n'ont plus rien à manger, ou simplement par carences.
Dans ce cas les arbres, avec le plus de patines seront les arbres en isolés, pas ceux en lisière car ces derniers auront tendance, par phototropisme, à rechercher la lumière, donc poussent en hauteur, sont peu broutés...
Les bords de chemins, où les services de l'état passent régulièrement un broyeur sur les bas côtés. Les vieux jardins et vieilles haies, dont on pourra trouver nombres d'espèces horticoles tels le pyracantha, le lonicera, cotoneaster, eleagnus...
Les meilleurs racinaires se trouvent, si j'en crois mon expérience, dans les zones où la nappe phréatique remonte durant l'hiver. En effet les racines ont tendances à pourrir durant cette période et on ne retrouve que des racines en bonne santé en "surface".


Je terminerais en vous souhaitant une bonne recherche, de longues balades qui seront tout autant de moments d'observation de la nature.
Go search, Araki for ever.
CG.
________________
Go search, araki for ever

http://kalima-ich.e-monsite.com/
Les membres suivants remercient kalima ich pour ce message :
Deshi (06/07/14), rombon33 (07/07/14), acouicoui (08/07/14), nosakaakiyuki (21/07/16)
Visiter le site web du posteur
Publicité



 


MessagePosté le: 06/07/2014 12:39:36    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
gilles
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

 Inscrit le: 10 Nov 2007
Messages: 4 765
Genre: Homme
Age: 45
Localisation: nord
Année de culture bonsaï:

MessagePosté le: 06/07/2014 15:45:32    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

il est la le rédacteur! hihi bravo pour ton article plein d'informations importante
________________
Deshi
Membre Actif
Membre Actif

Hors ligne

 Inscrit le: 29 Avr 2014
Messages: 74
Genre: Homme
Age: 20
Localisation: BRETAGNE
Année de culture bonsaï:
USDA: 9b

MessagePosté le: 06/07/2014 20:59:28    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

Super Kalima :) Le passionné du prélèvement ! Que tu me donnes envie à cet hiver .... Mr. Green
________________
"Le bonsaï, c'est une relation d'amour" Thierry Font
Takata
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

 Inscrit le: 13 Mar 2011
Messages: 3 190
Genre: Homme
Age: 46
Localisation: Haute-Garonne
Année de culture bonsaï:

MessagePosté le: 06/07/2014 21:04:59    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

Merci Kalima pour ce petit guide Wink

Rappelons que ceci fonctionne chez Kalima, suivant les régions certains paramètres peuvent varier.
________________


Pour éviter de voir la suppression de votre post ou de vos photos, nous vous prions de lire le règlement avant de poster un message.
Pas de double post, vous pouvez rééditer vos messages.
Les majuscules, le langage SMS et le flood ne sont pas autorisés sur le forum.
Merci à toutes et tous.
jojo22
V.I.P
V.I.P

En ligne

 Inscrit le: 04 Sep 2011
Messages: 2 781
Genre: Homme
Age: 58
Localisation: Côtes d'armor 22
Année de culture bonsaï:
USDA: 8b

MessagePosté le: 06/07/2014 21:52:06    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

il a tous dit et je suis d'accord avec lui 
bravo bravo monsieur Kalima Very Happy
kalima ich
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

 Inscrit le: 22 Jan 2013
Messages: 5 205
Genre: Homme
Age: 38
Localisation: Charente -Maritime
Année de culture bonsaï:
USDA: 8b

MessagePosté le: 06/07/2014 22:36:12    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

On se calme Jojo, suis pas un monsieur moi... Embarassed

Juste je fais partager ma maigre expérience en espérant que cela puisse servir à tout ceux qui veulent se faire plaisir avec des "petites" choses que l'on trouve un peu partout car c'est aussi une porte d'entrée pour le bonsaï, tout comme les arbres de supermarchés ou de jardineries.

Ensuite quand on sait cultiver et requinquer ces arbres on peut être acheter des arbres de plus grandes valeurs (?).

Un grand nombres de personnes l'on déjà reçu (sur ce forum, par mp, ou des gens de mon club) et j'espère que ça a pu leurs servir.

En tout cas merci d'avoir pris le temps de lire le pavé Mr. Green
________________
Go search, araki for ever

http://kalima-ich.e-monsite.com/
Les membres suivants remercient kalima ich pour ce message :
rombon33 (07/07/14)
Visiter le site web du posteur
jojo22
V.I.P
V.I.P

En ligne

 Inscrit le: 04 Sep 2011
Messages: 2 781
Genre: Homme
Age: 58
Localisation: Côtes d'armor 22
Année de culture bonsaï:
USDA: 8b

MessagePosté le: 07/07/2014 22:21:16    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

franchement , Very Happy
sa peux aidée beaucoup de monde ce pavé 
Les membres suivants remercient jojo22 pour ce message :
kalima ich (08/07/14)
rombon33
Membre Actif
Membre Actif

Hors ligne

 Inscrit le: 20 Aoû 2013
Messages: 95
Genre: Homme
Age: 32
Localisation: Gironde Coutras
USDA: 8b

MessagePosté le: 08/07/2014 21:55:22    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

sois pas si prude Cédric, tu as donner le gout du prélèvement a beaucoup, moi perso jeudi je vais fouiller les bois d'un copain en Dordogne sur des hectares d'aubépine pin chêne charme et hêtre, un petit repérage pour sélectionner les arbres possible en attendant la bonne saison de récolte, et ça c'est en parti a cause de toi, la passion est un vilain virus...


Après ça empêche pas de faire quelques semi pour préparer les dizaines d'année a venir...
Les membres suivants remercient rombon33 pour ce message :
kalima ich (08/07/14)
jojo22
V.I.P
V.I.P

En ligne

 Inscrit le: 04 Sep 2011
Messages: 2 781
Genre: Homme
Age: 58
Localisation: Côtes d'armor 22
Année de culture bonsaï:
USDA: 8b

MessagePosté le: 08/07/2014 22:58:43    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

tu voie ,tu a bien fais d'écrire se pavé ,
Les membres suivants remercient jojo22 pour ce message :
rombon33 (09/07/14)
rombon33
Membre Actif
Membre Actif

Hors ligne

 Inscrit le: 20 Aoû 2013
Messages: 95
Genre: Homme
Age: 32
Localisation: Gironde Coutras
USDA: 8b

MessagePosté le: 09/07/2014 12:19:43    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

le prélèvement réuni beaucoup de bonne chose, ça permet une belle balade, l'obligation de connaitre un peu beaucoup les arbres, leur croissance leur nature leur vie propre, on se met a leur rendre visite régulierement en attendant le jour J, on se met a leur parler a les connaitre, je pense que l'on écrit d'ailleur pas assez la dessus, car beaucoup de personne qui se lance dardar sur le yamadori oublie que c'est une quete de longue durée, mais quel bonheur d'apprendre a connaitre son arbre dans son milieu et quel bonheur de chercher en foret en montagne en espérant trouver la perle rare, c'est comme la chasse au cêpe par chez moi
Les membres suivants remercient rombon33 pour ce message :
kalima ich (09/07/14)
kalima ich
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

 Inscrit le: 22 Jan 2013
Messages: 5 205
Genre: Homme
Age: 38
Localisation: Charente -Maritime
Année de culture bonsaï:
USDA: 8b

MessagePosté le: 08/02/2016 21:17:49    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

Précision :

Je l'ai souvent noté et conseillé autant de fois, je préfère sortir mes prélèvements quand les feuilles sont justes tombées, puis les faire passer l'hiver dans une tranchée de sable, ou dans un gros contenant remplis de drainant, pour les ressortir au printemps.

J'ai eu, sur ce forum comme ailleurs, beaucoup d’interrogations quand à la pertinence de faire deux actions qui, selon ces interrogateurs, provoqueraient un stress supplémentaire.

La plupart des personnes préférant soit prélever et mettre en pot de culture direct à l'automne (reste à gérer l'hivernage) ou bien sortir les arbres au débourrage (printemps). Ayant eu quelques déconvenues, cette technique fonctionne bien et voici pourquoi :

Mettre en tranchée (ou dans ce cas le gros contenant) permet de bénéficier de la "chaleur" et permet aux racines de démarrer plus vite, loin, très loin de stresser l'arbre. Sable ou graviers, il suffit de lever gentiment pour voir ces futures petites racines

Petite preuve à l'appui
et c'est comme ça aussi pour les autres Wink
________________
Go search, araki for ever

http://kalima-ich.e-monsite.com/
Visiter le site web du posteur
nosakaakiyuki
Membre Discret
Membre Discret

Hors ligne

 Inscrit le: 20 Juil 2016
Messages: 39
Genre: Homme
Age: 29
Localisation: Rouen
Année de culture bonsaï:

MessagePosté le: 21/07/2016 00:25:40    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

Bonsoir a tous,

a quel moment on choisit de couper un pivot quand on a fait un prélèvement, mon Acer Campestre Nanum a été prélevé en avril de cette année et mis dans un gros pot conventionnel, il a bien repris et j'en prend soin mais pour fortifier son tronc (si j'ai bien tout compris, je débute) et pour pouvoir le mettre dans un pot plus adapté, il faudra faire des coupes racinaire, la dessus je suis un peut paumé...

Avez vous des conseils?
Un substrat particulier?
un soin pour la cicatrisation du pivot?

Merci à l'avance !
________________
Hito wa mizu nakereba ikirarenai !
kalima ich
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

 Inscrit le: 22 Jan 2013
Messages: 5 205
Genre: Homme
Age: 38
Localisation: Charente -Maritime
Année de culture bonsaï:
USDA: 8b

MessagePosté le: 21/07/2016 04:15:15    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

Tiens, je me demandais qui déterré ce sujet.

Je connais pas cette espèce, elle ne pousse pas par chez moi.

Sur le principe :
- Tu as prélevé un arbre =ok
- Ton arbre est en pot = ok
- Ton arbre vie = ok

Donc pour le moment, fiche lui la paix, donne à manger, arrose correctement... et comme ça durant au moins une paire d'années. Durant ce laps de temps,, il va faire des réserve et/ou se remettre du prélèvement et au printemps dans 2 ans lors du rempotage soit tu coupes le pivot si le développement racinaire est correct ou si c'est faiblard, du procéde à un étranglement du collet (un peu le même système qu'une marcotte), ou bien encore tu supprimes progressivement ton pivot (disons un quart tous les rempotages...

Les prélèvements ne sont pas plus courts pour arriver à un bonsaï Wink il faut aussi du temps pour reprendre correctement...
________________
Go search, araki for ever

http://kalima-ich.e-monsite.com/
Visiter le site web du posteur
nosakaakiyuki
Membre Discret
Membre Discret

Hors ligne

 Inscrit le: 20 Juil 2016
Messages: 39
Genre: Homme
Age: 29
Localisation: Rouen
Année de culture bonsaï:

MessagePosté le: 21/07/2016 07:49:07    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

Merci pour ta réponse, je vais noter tout ça dans mon petit carnet, ça me semblait en effet un peu brutal de lui couper des racines quelques mois après son prélèvement, je trouve sa forme élégante et je n'avais pas envie de le traumatiser.
________________
Hito wa mizu nakereba ikirarenai !
kalima ich
V.I.P
V.I.P

Hors ligne

 Inscrit le: 22 Jan 2013
Messages: 5 205
Genre: Homme
Age: 38
Localisation: Charente -Maritime
Année de culture bonsaï:
USDA: 8b

MessagePosté le: 21/07/2016 13:45:00    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich Répondre en citant

Ouvre un sujet propre à ton arbre pour plus de conseils. Wink
________________
Go search, araki for ever

http://kalima-ich.e-monsite.com/
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé



 


MessagePosté le: 20/11/2017 23:51:13    Sujet du message: Retour d'expérience petits prélévements de plaine Kalima ich

Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet Aller à la page: 1, 2  >

 • Vous êtes ici »  Espace Bonsaï Index du Forum » Forum Culture & Formation » Obtention » Yamadori Page 1 sur 2

Panneau de control modérateur



Sauter vers: